Politique

Dialogue direct FPI-Gouvernement : Ce qui s'est passé, hier

Dialogue direct FPI-Gouvernement : Ce qui s'est passé, hier

Le dialogue direct a repris hier entre le gouvernement et le FPI à la primature. La délégation du gouvernement était conduite par le ministre d’Etat Ahoussou Jeannôt quand celle du FPI était conduite par le président Affi lui-même.

Après le rendez-vous manqué du 24 septembre 2013, le président du FPI, l’ex-Premier ministre Pascal Affi N’Guessan était effectivement à la tête d’une forte délégation de son parti qui a rencontré des représentants du gouvernement à la primature dans le cadre du dialogue direct. Le président Affi était accompagné des ex-ministres Amani N’Guessan, Dano Djédjé, Ettien Amoikon, l’ex-député Marie-Odette Lorougnon, le professeur Koffi Dadié, Bamba Franck Mamadou, membres de la direction du parti. On notait aussi dans la délégation du Fpi, Seydou Koulibaly et Franck Anderson Kouassi, tous deux membres du cabinet du président du FPI. La délégation gouvernementale conduite par l’ex-Premier ministre Jeannot Ahoussou-Kouadio comprenait également les ministres d’Etat Hamed Bakayoko et Mabri Toikeusse, les ministres Allah Kouadio Rémy, Affoussiata Bamba et Babaud Darret. 

Dans sa déclaration liminaire, l’émissaire d’Alassane Ouattara a demandé au président du FPI de lancer un appel d’une part à l’endroit de ses camarades exilés afin qu’ils rentrent, et d’autre part, à l’endroit des militants du Fpi pour qu’ils « changent de discours ». Le ministre d’Etat Ahoussou-Kouadio a souhaité que chacun mette fin aux discours incendiaires qui selon lui ont occasionné beaucoup de dégâts par le passé en Côte d’Ivoire. Il a aussi demandé au président du FPI de lui remettre la liste des militants du FPI incarcérés dans les différentes prisons. Mais aussi la liste de tous ceux dont les comptes sont gelés et dont les biens sont confisqués. 
Le chef de la délégation du gouvernement s’est félicité de la présence effective du président Affi et souhaité que le dialogue avec le Fpi aboutisse pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire. Il a insisté sur l’engagement de son mandant Alassane Ouattara à étudier avec bienveillance toutes les requêtes du FPI.

Le président Affi N’Guessan n’a pas voulu faire de déclaration liminaire devant la presse. Réservant son point de vue pour le huis clos qui a suivi immédiatement cette brève cérémonie d’ouverture.

Démarrée à 18h15, la rencontre a pris fin à 22h. A sa sortie, le président Affi a indiqué que ce sont des négociations positives. Et que toutes les questions qui intéressent le FPI ont été abordées. Il a notamment fait remarquer qu’il y a de part et d’autre une volonté de créer les conditions de la normalisation de la vie politique en Côte d’Ivoire.

Guillaume Gbato - Notre voie


Dialogue opposition - Gouvernement : Ahoussou Jeannot au FPI : ‘’Donnez des signes forts pour la paix"

La décrispation voulue par le chef de l’Etat Alassane Ouattara est véritablement en marche. Et au quotient, le gouvernement multiplie les actions et traduit dans les faits la marche irréversible des Ivoiriens vers la réconciliation véritable. Après la rencontre avec une frange de l’opposition ivoirienne le 09 janvier dernier dans le cadre des réunions du Cadre permanent de dialogue (CPD), le ministre d’Etat, Ahoussou Jeannot au nom du gouvernement a échangé hier pendant un peu plus trois heures à la primature avec le FPI conduit par son président Affi N’guessan. La réunion d’hier a permis au gouvernement et au Front populaire Ivoirien de faire le bilan à mi parcours du dialogue gouvernement -opposition après la dernière rencontre en date du 24 septembre 2013 à Grand Bassam. Sur les multiples points de désaccords il y a un peu plus de quatre mois, l’on note selon l’exposé liminaire du ministre d’Etat, Ahoussou Jeannot des avancées considérables sur la question des détenus de la crise postélectorale, du dégèle des avoirs, du retour des exilés et des biens illégalement occupés. C’est pourquoi, l’ex premier ministre a invité Affi Nguessan et ses camarades a intégré le cadre permanent de dialogue (CPD) qu’ils n’auraient pas dû quitter. « Nous avons le devoir de relever défis de la conquête de la réconciliation sincère et vraie pour nos concitoyens, je souhaite que vous donniez des signes positifs et posiez des actes allant dans le sens de la cohésion sociale. Malgré nos divergences ?uvrons pour la paix dans ce pays. Pour la paix refondez vos discours, adoptez le bon ton » a dit d’entrée, le chef de file du gouvernement dans le cadre du dialogue républicain avec l’opposition. Après un peu plus de trois heures d’horloges de discussion, le président du FPI a salué la volonté du gouvernement de construire un climat de paix. « La rencontre d’aujourd’hui montre la volonté de tous à aller à la paix et à la cohésion sociale. Nous nous reverrons pour échanger sur les points de divergence qui restent. Pour l’heure nous sommes disposés à aller à la paix » a indiqué le président du FPI. 

MK - Le patriote 

 

Commentaires