SYRIE- En Images: les Violents combats à Alep, les rebelles réclament des armes

Imatin.net | Politique | Publié le Dimanche 29 Juillet 2012 à 09:35:58 |
 
SYRIE- En Images: les Violents combats à Alep, les rebelles réclament des armes
 

Malgré une légère accalmie sur le terrain, le régime d'Assad continue de pilonner les positions rebelles. Des combats faisaient rage dimanche 29 juillet dans la grande ville syrienne d'Alep au deuxième jour d'une offensive de l'armée contre les rebelles retranchés dans plusieurs quartiers, le chef de l'opposition réclamant des armes face aux chars et à l'aviation du régime.

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan s'est déclaré inquiet à la suite "des informations sur la concentration de troupes et d'armes lourdes autour d'Alep", appelant les belligérants à travailler à une solution politique du conflit qui ensanglante le pays depuis 16 mois.

De plus en plus isolé sur la scène internationale, le président syrien Bachar al-Assad a dépêché Walid Mouallem, son ministre des Affaires étrangères à Téhéran, principal allié de Damas qui a averti cette semaine qu'il ne tolèrerait pas de "changement de régime" en Syrie.

Selon les militants, les combats ont repris le matin à Alep, deuxième ville du pays située à 355 km au nord de Damas, où les rebelles retranchés dans plusieurs quartiers résistent à l'assaut des troupes régulières appuyées par des chars et des hélicoptères.

Des blindés ont tenté de prendre d'assaut le quartier Salaheddine à l'aube, bastion rebelle, mais ont été repoussés par les combattants de l'Armée syrienne libre (ASL), formée de déserteurs et de civils armés, qui ont pu détruire un char, a indiqué Abou Hicham al-Halabi, un militant joint via Skype.

De violents combats avaient lieu aussi dans les quartiers de Bab al-Jadid, Zahraa et Arkouba, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Des explosions ont été entendues alors que l'aviation survolait la ville", a ajouté l'ONG qui s'appuie sur un réseau de militants sur le terrain.

La veille, les insurgés étaient parvenus à contrer les premières attaques de l'armée contre Salaheddine, principale cible de l'assaut, selon un correspondant de l'AFP.

L'armée a en outre perdu des chars, ont affirmé les insurgés.

Les combats avaient marqué une pause samedi après-midi après le déluge de feu qui s'est abattu sur cette métropole de 2,5 millions d'habitants, dont le contrôle est crucial pour les deux parties.

Tout en n'évoquant pas une offensive d'envergure, l'agence officielle syrienne SANA a affirmé dans un communiqué publié tard samedi soir que "nos forces héroïques ont infligé des pertes aux groupes terroristes à Salaheddine".

"Armes pour arrêter les chars"

L'agence Sana a ajouté qu'un incendie s'était déclaré dans le sous-sol d'une immeuble résidentiel qui était utilisé comme fabrique d'explosifs, ce qui a provoqué "la mort des terroristes qui s'y trouvaient".

Le front d'Alep a été ouvert le 20 juillet et l'assaut a été donné à coups de bombardements d'hélicoptères et d'artillerie lourde, après l'arrivée des renforts dans la ville.

Plusieurs pays occidentaux et l'ONU avaient exprimé leur préoccupation face à la perspective de cet assaut, Washington craignant un nouveau "massacre" et le président français François Hollande souhaitant une intervention rapide du Conseil de sécurité de l'ONU, qui reste divisé sur la crise syrienne.

Le régime Assad ne reconnaît pas le mouvement de contestation lancé en mars 2011 et l'assimile à du "terrorisme". Face à la répression sanglante, la révolte s'est militarisée faisant craindre que le pays ne plonge dans une guerre civile.

Après l'assaut donné à Alep, le président du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, Abdel Basset Sayda, a demandé aux pays "frères" et "amis" d'armer les membres de l'ASL qui combattent "avec de veilles armes".

"Nous voulons des armes qui nous permettraient d'arrêter les chars et les avions de combat", a-t-il ajouté, affirmant que "le régime a planifié des grands massacres" à Alep. La rébellion a besoin de soutien pour opérer "un changement significatif" dans la révolte, a-t-il dit à Abou Dhabi.

Il a aussi souligné que Bachar al-Assad, "un criminel" devrait être jugé pour "des massacres" de Syriens et "ne devrait pas se voir accorder un refuge".

Au moins quatre personnes ont été tuées dimanche à travers le pays selon un premier bilan de l'OSDH, au lendemain d'une journée de violences qui a fait 168 morts, en majorité des civils.

Selon l'OSDH, plus de 20.000 personnes sont mortes depuis le début du soulèvement, dont environ 14.000 civils.

 

 

Source Imatin.net
 

Commentaires Facebook

 

 
 
12 ans après : Ce qui n’a jamais été dit sur la rébellion du 19 septembre 2002

12 ans après : Ce qui n’a jamais été dit sur la rébellion du 19 septembre 2002

Les populations de Sakassou ont payé un lourd tribut dans la crise du 19 septembre 2002. Sur dix personnes enlevées ce 2 décembre 2002, par les rebelles, dans les villages d’Assandrè et Assafou (département de Sakassou), une seule a eu la vie sauve : Koffi N’goran, une dame originaire d’Assandrè (Agnibonou-Kanouan).

Publié le 20 Septembre 2014 à 07:09:16 Politique
De retour d'exil: Le pro-Gbagbo Abel Naki chez Hamed Bakayoko

De retour d'exil: Le pro-Gbagbo Abel Naki chez Hamed Bakayoko

Le président fondateur du Cri panafricain, Abel NAKI était ce vendredi 19 septembre 2014 au cabinet du ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko. Accompagné des collaborateurs, Emmanuel Veh, Coulibaly Parfait et Charles Vabé, le plus en vue des résistants ivoiriens de France, Abel Naki s’est entretenu durant plus de 2 heures avec le premier flic ivoirien (17h-19h45).

Publié le 20 Septembre 2014 à 06:51:10 Politique
  • Konaté Navigué (FPI) critique Bédié:
    Politique

    Konaté Navigué (FPI) critique Bédié: "C’est un appel solitaire"

    Le responsable de la jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) Navigue Konaté a dénoncé vendredi l’ “appel solitaire’’ de l’ancien chef d’Etat Henri Konan Bédié à soutenir le président Alassane Ouattara, candidat à sa succession pour la présidentielle de 2015.

  • Voici le deal que Affi avait proposé à Bédié: Le Fpi voulait aussi « acheter » le PDCI
    Politique

    Voici le deal que Affi avait proposé à Bédié: Le Fpi voulait aussi « acheter » le PDCI

    Le mercredi 17 septembre, le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-rda fait une déclaration à Daoukro dans laquelle il a dit, entre autres à l’endroit du Président de la république, Alassane Ouattara «sans trahir les décisions du XIIème Congrès du Pdci-Rda, je donne des orientations fermes pour soutenir ta candidature à l’élection présidentielle prochaine. 

  • Le RDR félicite Bédié, l'homme de paix et invite les ivoiriens à soutenir le président Ouattara
    Politique

    Le RDR félicite Bédié, l'homme de paix et invite les ivoiriens à soutenir le président Ouattara

    Une avalanche de déclarations tombe après l'annonce de Bédié à Daoukro concernant la candidature unique du président Ouattara. Après celle du PDCI et de l'UDPCI, le parti au pouvoir, par la voie de son secrétaire général Amadou Soumahoro a fait une déclaration ce vendredi.

  • Mystère autour du Camp d'Akouédo: l'accès du camp refusé à la Gendarmerie. la réaction du gouvernement
    Securité

    Mystère autour du Camp d'Akouédo: l'accès du camp refusé à la Gendarmerie. la réaction du gouvernement

    Nous avons été l'un des premiers sites web à vous informer de l'attaque d'Akouédo ce jeudi à 3 heures du matin. Même si cette information vient d'être infirmée et considérée comme une rumeur par le porte-parole du gouvernement, beaucoup d'éléments restent encore à être expliqués. 

  • Interview exclusive / KKB tout feu tout flamme:
    Politique

    Interview exclusive / KKB tout feu tout flamme: "Nous nous sentons trahis"

    Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), l’ancien parti unique ivoirien, a déclaré, il y a deux jours, son soutien à la candidature d’Alassane Ouattara pour l’élection présidentielle prévue en octobre 2015. Henri Konan Bedié qui est allé plus loin en suggérant même la création d’un parti unifiant le Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire (RDR) et le PDCI. Ces propos alimentent la controverse au sein du parti en proie à des divisions depuis des mois. Kouadio Konan Bertin , membre du bureau politique, député et vice-président du groupe parlementaire du PDCI fait partie de ceux qui refusent d’être mis devant le fait accompli. Il est l’invité de Marie-Pierre Olphand.

  • Adjoumani (porte-parole du PDCI) au militants:
    Politique

    Adjoumani (porte-parole du PDCI) au militants: "faites confiance à Bédié"

    Le secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, allié au pouvoir) est « en phase » avec son leader, Henri Konan Bédié, qui a appelé à « soutenir » le chef de l’Etat Alassane Ouattara pour un second mandat à la présidentielle de 2015, a dit jeudi à la presse le porte-parole du parti, Kobenan Adjoumani.