En campagne dans le Worodougou: Djédjé Mady chassé de Séguela. Le film d'une folle journée

Autre Source | Politique | Publié le Mardi 16 Avril 2013 à 08:21:25 |
 
En campagne dans le Worodougou: Djédjé Mady chassé de Séguela. Le film d'une folle journée
 

Le candidat du Rdr aux municipales à Séguéla, Amadou Soumahoro, était hier dans cette commune. Il a fait une démonstration de force face à ses adversaires et a rangé en ordre de bataille les militants du Rdr.

Frayeur hier à l’entrée de Séguela. Le secrétaire général du Pdci, Alphonse Djédjé Mady, a été interdit d’accès à la ville par les militants de son parti, alors qu’il venait apporter son soutien à Amadou Soumahoro, candidat du Rdr aux municipales. C’est à 10h 17 que les populations ont été mobilisées pour aller réserver un accueil digne au secrétaire général du vieux parti, à l’entrée de la ville. Mais à leur arrivée au lieu de l’accueil, c’est une opposition qu’il a été donné de voir. Les militants du Pdci ont ‘’coupé’’ la route pour empêcher le cortège de leur secrétaire national d’entrer dans la ville afin de participer au meeting du candidat du Rdr. Ils ont placé un véhicule en travers de la voie pour barrer la route à l’hôte de marque. La tension a commencé à monter entre les deux camps. Les raisons de ce blocus, les militants du Pdci estiment que leur secrétaire général n’a aucune raison de soutenir un candidat du Rdr. Aussi, estiment-ils que ce soutien est loin de s’inscrire dans l’esprit du Rhdp puisqu’à Séguéla, il n’y a pas eu d’unanimité dans le choix des candidats au niveau de l’alliance des houphouëtistes. De fait, la démarche de Djédjé Mady a été vue comme une haute trahison dans la capitale du Worodougou. « On ne veut pas. Mady n’entrera pas ici. C’est une manière de vendre notre parti. Le Pdci a un candidat ici, en la personne Bakayoko Ali. Si Mady ne vient pas le soutenir, qu’il retourne là d’où il est venu », ont proféré, amers, les jeunes militants du Pdci. Autre raison évoquée par les militants de Bakayoko Ali, c’est qu’ils n’ont pas été informés de l’arrivée de leur secrétaire général à Séguéla. Une attitude qu’ils assimilent à un mépris. Jusqu’à 10 h 51, le cortège de Djédjé Mady était bloqué à l’entrée de la ville. La tension montait entre les deux camps. Les jeunes ont voulu en venir aux mains. Pour éviter le pire, Djédjé Mady a décidé de quitter les lieux. La gendarmerie a été sollicitée pour apaiser les esprits afin que le secrétaire général du Pdci ait accès à la ville.

Haute trahison

Malheureusement, le président du directoire du Rhdp ne manifestera plus le désir de retourner sur ses pas malgré la bonne volonté des militants du Rdr et des forces de l’ordre. Approché, le candidat du Pdci, Bakayoko Ali, a expliqué la réaction de ses militants. « Le Rdr et le Pdci ne se sont pas entendus pour aller en Rhdp aux élections. C’est pour cela que nous disons non et non. Nous ne voulons pas vendre notre parti. Nous n’avons pas été associés à cette invitation de notre secrétaire général », a indiqué Bakayoko Ali. Mais l’incident n’a pas empêché Amadou Soumahoro de tenir son meeting. Les populations de la commune n’ont pas boudé le porte-étendard de leur parti, par ailleurs maire sortant de Séguéla. Elles sont sorties massivement pour prêter une oreille attentive à leur candidat qu’elles appellent affectueusement Tchomba. Elles ont fait le plein du centre culturel. Le député de Séguéla sous-préfecture a expliqué à ses parents les raisons de sa candidature, à savoir booster le développement de Séguéla, renforcer la cohésion sociale, la paix et la fraternité entre les fils et les filles de cette ville. Mais aussi, pour que Séguéla soutienne le président de la République dans son programme d’action et en retour permettre au locataire du Palais de se souvenir de cette commune. Il a expliqué l’état d’esprit dans lequel doit se dérouler cette campagne électorale. « Pour nous au Rdr, la campagne électorale doit être une fête. Nous avons dit que nous venons faire une campagne, mais en même temps, nous venons faire une fête avec nos parents. A Séguéla, nous sommes tous des frères et des sœurs. Nous sommes des conquérants et non des adversaires », a-t-il clarifié. Avant de demander que ces élections se fassent dans la quiétude et la paix. Le premier magistrat de Séguéla a rassuré les militants de ce que le Rdr demeure la plus grande machine dont il faut soutenir le candidat sans risque. « J’ai choisi de me battre à côté d’un grand homme. C’est le président Alassane Ouattara. Quand on est fort, on tend la main. Ne tombons pas dans les pièges. Le Rdr est le plus grand parti de Côte d’Ivoire. Nous sommes les plus forts. C’est pourquoi nous voulons que tout se passe dans la transparence », a rassuré le candidat du Rdr sous des acclamations des populations qui ont promis d’assurer sa victoire. Plusieurs cadres de la case verte ont effectué le déplacement dont Coulibaly Amadou, le représentant du secrétaire général de la présidence. Des artistes de renom ont fait vibrer la salle.

Sylvain Beugré, envoyé spécial (l'dxpression)

 

Des militants du PDCI empêchent Djédjé Mady de rentrer à Séguéla

Le pire a été évité de justesse hier. Un affrontement ayant été évité de justesse entre les partisans d’Ali Bakayoko, candidat PDCI et ceux d’Amadou Soumahoro, candidat du RDR. Pourtant, la tension était vive et même très vive. C’est que tôt le matin d’hier, le candidat Ali Bakayoko et plusieurs jeunes surexcités avaient barré la voie d’accès à Séguéla par Vavoua. Il s’agissait, selon leur expression, d’empêcher Djédjé Mady, secrétaire général du PDCI, invité spécial d’Amadou Soumahoro dans le cadre du lancement de sa campagne, à avoir accès à la ville. Le cortège du patron du PDCI a été stoppé net au niveau du corridor. Amadou Soumahoro et sa délégation qui ne se doutaient de rien et donc qui on fait mouvement vers le corridor pour accueillir leur invité tombent devant le fait accompli. « Nous n’avons pas été associés à l’arrivée de notre secrétaire général ici. Nous avons un candidat. Pourquoi peut-il venir soutenir notre adversaire. Nous allons nous opposer à son entrée dans la ville », entend-on parmi les partisans d’Ali Bakayoko. Ce dernier, présent sur le théâtre des opérations, demande à ses partisans de ne rien céder. Il refuse de se faire raisonner par Djédjé Mady avec qui il échange. Entre temps, d’autres jeunes favorables à Amadou Soumahoro arrivent sur les lieux. Les voix s’élèvent de part et d’autre. La sécurité d’Amadou Soumahoro et de Djédjé Mady est mise à rude épreuve. La tension monte. Un jeune proche d’Ali Bakayoko est pris à parti. Sur lui, il est découvert une arme blanche. La colère des partisans d’Amadou Soumahoro montent d’un cran. Les plus téméraires veulent en découdre avec ceux d’en face. « Trop c’est trop. Il faut qu’on sache qui est qui à Séguéla », lâche l’un d’entre eux. Finalement Djédjé Mady acceptent de répartir à Daloa. Il est pris en chasse par les partisans d’Ali Bakayoko. Le ministre Amadou Soumahoro a personnellement intervenu pour calmer les esprits.
Entre-temps les éléments de la gendarmerie et de la police rentrent en scène. A leur côté, Fofana Lancina, le nouveau préfet qui calment les esprits. A leur tour, pour laver l’affront, les partisans d’Amadou Soumahoro décident d’empêcher l’accès de la ville à Ali Bakayoko et à ses partisans.

Le patriote

Source Autre Source
 

Commentaires Facebook

 

 
 
Serge Aurier :

Serge Aurier : "Si Didier Drogba décidait de revenir en sélection..."

Prêté par le Toulouse Football Club au PSG avec une option d'achat (déjà levée semble-t-il) fixée à 10 millions d'euros, Serge Aurier sera titulaire samedi à Lorient, une semaine avant de vivre son premier clasico PSG-OM. Pour Le Point Afrique, l'international ivoirien a accepté de se projeter aussi sur l'agenda des Eléphants de Côte d'Ivoire auxquels Didier Drogba manque visiblement. Entretien.

Publié le 30 Octobre 2014 à 09:02:35 Sport
Côte-d'Ivoire danger en 2015: Quand Ouattara se taille un code électoral comme Bédié en 1995

Côte-d'Ivoire danger en 2015: Quand Ouattara se taille un code électoral comme Bédié en 1995

C’est lui qui signe le décret de nomination des membres de la commission. C’est lui qui décide de la date des élections, du format des affiches des candidats, de l’heure d’ouverture et de fermeture des bureaux de vote, du nombre de personnes à recruter par bureau de vote, du découpage et de la liste électorale…

Publié le 30 Octobre 2014 à 08:36:57 Politique