Après le choix des têtes de listes aux municipales et régionales : Comment le RDR va-t-il gérer ses indépendants ?

Le Patriote | Politique | Publié le Mardi 29 Janvier 2013 à 06:46:31 |
 
Après le choix des têtes de listes aux municipales et régionales : Comment le RDR va-t-il gérer ses indépendants ?
 

Le RDR s’en va, handicapé, aux élections municipales et régionales. C’est un fait. Difficile de s’en cacher pour peu qu’on ne se voile pas volontairement la face.

La faute, il ne faut pas la chercher loin. Elle vient d’une direction de peu de diplomatie, de peu de consensus, mais surtout peu écouteuse de sa base. La faute aussi à des militants et à des cadres très enclins (curieusement) à l’indiscipline depuis l’accession du parti au pouvoir. Du coup, la liste des candidats officiels du parti, contrairement à des formations de l’opposition, a été accouchée par césarienne. Elle a été publiée en deux phases. Preuve des péripéties de son obtention. Par conséquent, jamais dans l’histoire de ce parti, si solidaire par le passé, il n’a enregistré autant de candidatures indépendantes. Adjamé, Abobo et la plupart des localités du Nord notamment Ferkessédougou, Tafiré, Odienné, Boundiali, Dabakala auront visiblement des candidats indépendants. Cette dernière localité a d’ailleurs frôlé le pire hier. Des partisans du Rassemblement des Républicains se sont affrontés. Une maison a été incendiée. Un jeune, dans le coma, a été évacué sur Bouaké. Une précampagne électorale qui en dit long sur ce que pourrait être la campagne électorale proprement dite. Assurément, c’est une mauvaise publicité pour un parti au pouvoir comme le RDR, la formation politique d’Alassane Ouattara ! Pour autant tout ne semble pas perdu. De bonnes sources, le Président du parti, Alassane Ouattara, aurait demandé à tous les candidats confrontés à des indépendants de faire mains et pieds pour les rallier. Une mission extrêmement difficile vu que des promesses des législatives n’ont pas été tenues. Une forte implication de la direction du parti sera donc indispensable. Bien que son crédit ait été quelque peu entaché ces derniers mois, il lui revient d’aller courageusement vers les candidats indépendants pour leur rappeler la discipline du parti et surtout la nécessité de jouer collectif. Il faut les prier, en dépit de leurs douleurs et frustrations, d’être solidaires même s’ils ne sont pas mis en avant.

Le RDR n’est pas
un parti godillot mais…

Cela implique bien sûr qu’il faut aussi prendre des engagements qu’on est capable de tenir et de les tenir effectivement. Viennent ensuite – et peut-être singulièrement – les militants. C’est eux qui s’estiment les plus floués. Parce que ces derniers mois confirment et illustrent, à leur yeux, la cassure entre le RDR du pouvoir et de ses lambris et le RDR des militants ordinaires, qui défendent les idéaux du parti chaque jour et chez qui paradoxalement le désenchantement grandit à mesure que les mois avancent. Au fond, c’est à eux qu’il faut parler, c’est avec eux qu’il faut s’accorder sur l’essentiel : la pérennité du parti. C’aurait dû être fait avant. Mais cela peut encore se faire. Car le militant du RDR aime profondément son parti. Il aime profondément Alassane Ouattara. Il estime juste qu’on ne l’a pas suffisamment écouté. Ce qu’il a sans doute pris comme un manque de considération. Il n’empêche, il est encore capable de sacrifice. Il revient à la direction du parti de descendre à son niveau. Comme au temps de la bataille pour l’acquisition du pouvoir. Il ne veut pas avoir cette mauvaise impression d’être méprisé. C’est d’ailleurs la sensation de ce vilain sentiment à son égard qui pousse beaucoup de militants à être candidat indépendants. Leurs sentiments et ressentiments sont légitimes. Cela n’excuse cependant en rien cette ‘‘rébellion’’ à l’égard de leur formation politique. Le changement d’allégeance politique peut conduire à la guillotine électorale et même politique pour beaucoup. Il faut savoir raison garder et croire au Rassemblement des Républicains. Il va faire sa mue. Pour l’instant, chaque militant doit savoir que le RDR n’entend certes pas être un parti godillot mais que dans un parti politique il y a tout de même un minimum. Le principe de la discipline du parti ne peut être qu’un apparat.
KIGBAFORY Inza

Source Le Patriote
 

Commentaires Facebook

 

 
 
Alassane Ouattara entame une tournée de trois jours dans le fief du président Bédié

Alassane Ouattara entame une tournée de trois jours dans le fief du président Bédié

Le président de la république la république, Alassane Ouattara entame à partir de ce dimanche 14 septembre, une visite d’Etat dans la région de l’Iffou, région de son ainé, l’ex-président Henri Konan Bédié. 

Publié le 15 Septembre 2014 à 00:00:00 Politique
Des proches d’Affi au militants FPI: « L’heure n’est plus au militantisme de claviers et de salon »

Des proches d’Affi au militants FPI: « L’heure n’est plus au militantisme de claviers et de salon »

C’est fait depuis hier. Le Front Populaire Ivoirien (FPI), l’ex-parti au pouvoir s’est retiré de la Commission Electorale Iindépendante (CEI). La démocratie interne au sein du parti à la rose a permis aux militants qui ont « inscrit Gbagbo au cœur de leur action politique » de l’emporter sur ceux ayant opté pour une « coopération » avec le pouvoir en place en vue de l’organisation des élections générales de 2015. 

Publié le 15 Septembre 2014 à 00:00:00 Politique