Chefferie traditionnelle de Yaou (Bonoua) : Deux familles se battent pour le trône

Le Nouveau Réveil | Fait Divers | Publié le Dimanche 09 Septembre 2012 à 14:09:01 |
 
Chefferie traditionnelle de Yaou (Bonoua) : Deux familles se battent pour le trône
 

Yaou est un village situé à quelque 5 km à l’entrée de la commune de Bonoua. Le calme plat qui y règne traduit le malaise que vit cette population de plusieurs milliers d’âmes. Depuis 1998, date du décès du Roi Adjoussou Koffi Luc, ce village Abouré est sans chef.

Un conflit permanent oppose deux familles. La famille Agbissi Hivé et la famille Avohivé. Une visite sur les lieux nous a permis de mieux cerner les raisons profondes de cette guerre fratricide pour le trône.
Un peu plus d’une d’heure de route à bord d’un car climatisé d’une compagnie faisant la ligne Abidjan Bonoua nous voici à Yaou. Dans cette localité, notre premier interlocuteur est un jeune homme en vacances. A la demande de me conduire chez le chef du village, il me répond avec un petit sourire. «Il n’y a pas de chef ici». Cette réponse confirme donc l’idée qui me conduit en ces lieux. Yaou est donc un village sans chef. Je décide donc d’en savoir davantage. Et mes investigations me conduisent chez plusieurs personnes (qui ont préféré) d’ailleurs garder l’anonymat.

Il était une fois la reine Ayemou Yamplé
En effet, depuis l’exode du peuple Abouré Ayaou, le trône était détenu par la reine Ayemou Yamplé, descendante de la famille Avohivé. La succession au trône jusqu’à N’douffou N’guessan choisi qui, selon nos sources, était le fils adoptif de la famille Agbissi Hivé en attendant que les petits neveux, à qui revient le trône atteignent l’âge de la maturité. Malheureusement le trône ne retournera pas à la famille Avohivé faute d’héritier mâle. Ainsi, 4 chefs de la famille Agbissi Hivé ont pu se succéder au trône. Et le dernier fut chassé du pouvoir pour avoir jeté en prison toute la notabilité du village. Le trône revient alors à la famille Avohivé avec Dopé Kadio qui le passe à son porte canne Vangah Koffi avant de mourir. Après la mort de celui-ci, la famille Agbissi Hivé réclame le trône. Cette requête va donc créer une grave crise au niveau du village. La famille Agbissi installe ‘son‘ chef Wognin Kadjo Jacques qui meurt 2 ans après, en 1980. Pour calmer les esprits, on choisit alors un chef dans une famille neutre en la personne d’Adjoussou Koffi Luc. En 1999, le village est sans chef.

Médiations infructueuses
Le conflit est pour la première fois porté à la cour royale de Bonoua, le 31 mai 2004, la délibération attribue le trône à la famille Avohivé, détentrice légitime et légale selon le verdict. Une décision que refuse le camp adverse. Le 16 octobre de la même année, c’est au tour de la cour royale de Moossou de rendre le même verdict en faveur de la famille Avohivé. Mais la famille Agbissi conteste la décision et depuis lors, l’affaire est portée au ministère de l’Intérieur. Et le dossier est transmis en 2006 au préfet de Grand Bassam en l’occurrence Yra Jean. Celui-ci l’a à tour remis au sous- préfet de Bonoua. Deux sous-préfets se sont succédé sans pouvoir trouver un dénouement heureux jusqu’à l’arrivée du sous-préfet Coulibaly Magloire. Après 3 années d’enquête, il rend son verdict. Qui vient confirmer ceux des cours royaux de Moossou et de Bonoua. Mais cette décision du sous-préfet est une fois de plus, contestée par des membres de la famille Agbissi Hivé. Ceux-ci accusent l’autorité administrative d’avoir été partiale. Pour ces contestataires, «la famille Avohivé ne fait pas partie des sept familles fondatrices du village». Une thèse que réfute la famille Avohivé qui estime que ceux qui refusent le verdict sont accrochés à des intérêts personnels qu’ils veulent préserver au détriment de la légitimité et de la légalité. Au niveau de la sous-préfecture, on attend les résultats de l’enquête de moralité pour prendre les dispositions qui s’imposent pour installer le nouveau chef. «ce n’est qu’une question de temps», rassure-t-on.

DE BOUAFFO

Source Le Nouveau Réveil
 

Commentaires Facebook

 

 
 
Eau potable : Les pénuries continuent dans plusieurs quartiers d'Abidjan

Eau potable : Les pénuries continuent dans plusieurs quartiers d'Abidjan

Les pénuries d'eau constatées dans plusieurs quartiers d'Abidjan depuis cinq semaines, continuent.

Publié le 14 Juillet 2014 à 08:10:00 Société
Déguerpissement à Mossikro : Les populations manifestent

Déguerpissement à Mossikro : Les populations manifestent

Les populations de Mossikro, précisément celles de « Santé » ne sont pas contentes. Et là, pas du tout. Elles l'ont fait savoir à travers une manifestation, le dimanche 13 juillet 2014.

Publié le 14 Juillet 2014 à 08:09:58 Société
  • Insécurité: Les
    Actualités

    Insécurité: Les "microbes" agressent un officier de police au 10e arrondissement d’Attécoubé

    Selon des témoins interrogés le samedi 12 juillet, cette agression est l’œuvre de gamins appelés « microbes » qui sévissent depuis peu dans le district d’Abidjan. « Ils sont rentrés dans le marché autour de 21 heures, se sont saisis des machettes des bouchers et d’autres objets contondants.

  • Côte d’ivoire – La vérité sur la notation B1 de Moody’s !
    Société

    Côte d’ivoire – La vérité sur la notation B1 de Moody’s !

    Les Etats africains ont besoin de bénéficier d’investissements étrangers et des emprunts extérieurs, pour financer leur développement. Pour ce faire, la « notation » par les « agences de notation » est cruciale. L’agence Moody’s vient d’attribuer à la Côte d’Ivoire la note B1.

  • Amani Nguessan Michel (FPI): le désarmement c’est de « la comédie » !
    Politique

    Amani Nguessan Michel (FPI): le désarmement c’est de « la comédie » !

    L’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (ADDR) pilotée par le professeur Fidèle Sarassoro a convié les partis politiques à une cérémonie de présentation du processus de DDR avec la visite d’un site de resocialisation dans le village de Kouassi N’dawa. C’était ce samedi 12 juillet 2014 à Bondoukou à l’Est de la Côte d’ivoire.

  • La Croix-Rouge et le Lion’s Club volent au secours des victimes des pluies de juin
    Société

    La Croix-Rouge et le Lion’s Club volent au secours des victimes des pluies de juin

    Signé le 27 juin, l’accord de partenariat entre la Croix-Rouge Côte d’Ivoire et le Lion’s Club a officiellement démarré samedi, deux semaines après, par la distribution de vivres et non-vivres à plusieurs centaines de ménages sinistrés par les pluies diluviennes qui se sont abattues en juin sur le Sud du pays.

  • En Côte d'Ivoire, la lente «resocialisation» des ex-combattants
    Société

    En Côte d'Ivoire, la lente «resocialisation» des ex-combattants

    En Côte d'Ivoire, l'Autorité de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants (l'ADDR) a fait un point d'étape, samedi 12 juillet, à un an de la fin de sa mission. L'organisme est chargé de réinsérer dans la société 74 000 ex-combattants - anciens rebelles ou membres des anciens groupes d'autodéfense sous Laurent Gbagbo. À ses débuts, en août 2012, l’ADDR avait eu du mal à attirer les ex-combattants. Les choses commencent à changer.

  • Pénurie d'eau: Certains en profitent !
    Société

    Pénurie d'eau: Certains en profitent !

    « Les femmes sont de plus en plus fatiguées d’aller chercher de l’eau loin de leurs cours. En plus du fait que les points d’eau sont éloignés, elles sont le plus souvent confrontées à de longs rangs avec parfois des querelles inutiles », a-t-il dit.