Sport

Découvrez les deux footballeurs les plus riches du monde

Découvrez les deux footballeurs les plus riches du monde

Les deux footballeurs les plus fortunés ne sont pas ceux qu’on croit : Beckham, Ronaldo, Messi, Neymar… Parmi eux, il y a un Français. Présentations.

Vous pensiez que Neymar était le joueur de football le plus fortuné ? Pas du tout. Ce n’est ni Ronaldo, ni Messi ou Beckham. Des deux joueurs les plus fortunés, vous ne devez rien connaître. Et pour cause : ils n’ont pas fait fortune dans le football.

L’acide lévulinique, ça vous dit quelque chose ? Il s’agit d’une molécule tirée des déchets végétaux (bois et maïs) présentée comme un potentiel substitut au pétrole. Le département de l’Energie américain la considère comme l’une des douze molécules pouvant contribuer à sauver la planète. Elle pourrait entrer dans la composition bio des plastiques, solvants, détergents, peintures et même du fioul. Les débouchés industriels sont sans limite.

Mathieu Flamini (34 ans) a investi dans cette industrie il y a dix ans. Alors joueur de l’AC Milan, l’ancien Marseillais et Gunner d’Arsenal s’est associé avec un entrepreneur italien, Pasquale Granata. Il a injecté quelques millions d’euros et créé une start-up baptisée GF Biochemicals. « Pendant des années, je n’en ai parlé à personne. Pas même à ma famille », confiait-il aux "Echos" en 2016. Aujourd’hui, GF Biochemicals, que codétient Flamini, est basé aux Pays-Bas, produit en Italie et vient de s’agrandir aux États-Unis. L’entreprise serait valorisée à hauteur de… 30 milliards d’euros.

Contacté, le Français n’a pas donné suite et n’a donc pas pu nous commenter l’exactitude de cette somme faramineuse. La presse espagnole l’a fait pour lui. Début février, « El Pais », le grand quotidien ibérique, l'a qualifié de "el futbolista mas rico del mundo" (NDLR : Le footballeur le plus riche du monde).

Car Mathieu Flamini reste un footballeur. Longtemps sans club, l’ancien international (3 sélections) a signé lors du dernier mercato à Getafe, dans la banlieue madrilène : « Comme beaucoup d’autres footballeurs, j’ai des intérêts au-delà du football mais ma priorité reste le terrain. J’aime le football, y joue depuis l’âge de 6 ans. C’est ma priorité, ma passion. Je n’avais jamais joué en Espagne et je voulais vivre une expérience dans ce pays. Getafe me paraissait avoir un projet très intéressant. »

En octobre dernier, Flamini s’est fait épingler dans les Paradise Papers, l’enquête menée par le consortium international des journalistes d’investigation sur les mécanismes d’optimisation fiscale. Il serait, selon cette enquête, actionnaire de plusieurs sociétés domiciliées à Malte et aux îles Vierges britanniques.

Sur Instagram, dans une luxueuse résidence dont on devine des dorures partout et du marbre au sol, Faiq Bolkiah (19 ans) ailier droit de Leicester en Angleterre s’amuser à dribbler… un tigre blanc. Vous ne connaissez pas Faiq Bolkiah ? Footballeur pro, il est international brunéien, né à Los Angeles. Il a signé en 2014 à Chelsea. Après un essai à Arsenal, il a rejoint en 2016 Leicester, le club coaché par le Français Claude Puel. L’ancien entraîneur de Lille et Nice ne l’a pas encore appelé en équipe première. Bolkiah évolue en équipe réserve.

Selon les journaux britanniques « The Daily Mirror » et « The Sun », ce garçon est le joueur le plus riche du monde. Il est le neveu de Hassanal Bolkiah, le sultan de Brunei un petit État du nord de l’île de Bornéo, en Asie du Sud-Est.

Grâce au pétrole dont regorgent les sous-sols de son pays, le sultan est à la tête d’une fortune dont personne ne connait le montant exact mais qui dépasserait les… 20 milliards d’euros ! Pour vous donner une idée, son palais recouvert d’or possède 1 788 pièces et son garage abrite 5 000 voitures de luxe. Rien que ça. L’une d’elle serait recouverte de diamants. Bienvenue au royaume du bling-bling absolu.

Fils de Jefri Bolkiah, le frère du sultan, et donc héritier de l’immense fortune familiale, Faiq Bolkiah aurait déjà 2 milliards d’euros sur son compte en banque. Le père possède modestement 2 300 Ferrari, Rolls-Royce et autres bijoux mécaniques. « Mes parents m’ont toujours soutenu dans mon rêve de devenir footballeur. Ils m’ont entraîné dur psychologiquement et physiquement pendant mon enfance donc je peux affirmer qu’ils sont mes modèles », a confié le fiston au "Sun". On imagine combien son enfance a été difficile. En 2004, lorsque son père a voulu fêter son 50e anniversaire, il a demandé à Michael Jackson de venir chanter au dessert moyennant un chèque de 14 millions d’euros.

Même s’il pourrait s’acheter son propre club avec son argent de poche, le capitaine de la sélection de Brunei, classée 190e par la Fifa, attend son heure. « Je joue au foot depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours aimé aller sur le terrain et avoir la balle au pied » glisse-t-il. Si Leicester ne lui donne pas sa chance, d’autres clubs anglais seraient prêts à la lui donner. Peut-être juste pour faire le buzz.

 

Avec Le Parisien

 

Commentaires