Sport

Cristiano Ronaldo, au risque de tout perdre

Cristiano Ronaldo, au risque de tout perdre

L'affaire de viol présumé dans laquelle Cristiano Ronaldo est impliqué aux Etats-Unis ne présente pas seulement un risque judiciaire pour la star portugaise, c'est aussi son empire économique qui pourrait imploser.

Depuis que la police de Las Vegas (Nevada) a rouvert une enquête, lundi, sur les accusations de Kathryn Mayorga, 34 ans, qui affirme avoir été sodomisée de force par Cristiano Ronaldo en juin 2009 dans une chambre du Palms Hotel de Las Vegas - ce que la star portugaise a fermement démenti cette semaine, parlant de « fake news » et du viol comme « un crime abominable » -, certains de ses sponsors tordent le nez et l'action de la Juventus Turin, en pleine euphorie depuis son arrivée en Italie, a plongé de près de 10 % vendredi à la Bourse de Milan.

Pourquoi ces accusations suffisent-elles à provoquer une telle perte de confiance des investisseurs et les prises de distance inédites de Nike et d'Electronic Arts ? Jusqu'à quel point la valeur de l'un des sportifs les plus « bankable » du monde peut-elle être décotée ?

« Les sponsors ouvrent le parapluie »

S'il fallait une preuve supplémentaire que l'affaire juridique qui touche Cristiano Ronaldo est aussi économique, il suffisait d'ouvrir samedi le quotidien italien Corriere dello Sport pour découvrir, à quelques heures de son retour sur le terrain, à Udine, une photo pleine page du joueur de 33 ans, en slip, pour une publicité pour sa ligne de sous-vêtements, distribuée par l'enseigne italienne Yamamay.

 

lequipe.fr

Commentaires