Sport

CIV-Guinée : l’Erreur de Wilmots qui a favorisé la chute des Éléphants

CIV-Guinée : l’Erreur de Wilmots qui a favorisé la chute des Éléphants

La Côte d’Ivoire s’est incliné ce samedi face à la Guinée en match éliminatoire de la CAN 2019. C’est la 2è défaites des Éléphants, sous les rênes de Marc Wilmots en autant de rencontres. Si le naufrage face aux Pays-Bas passait pour un fait isolé, cette 2è désillusion porte à croire qu’il n’en est pas. La sélection Ivoirienne ne se porte pas bien.

On aurait pu mettre toute l’équipe de la Côte d’Ivoire sur le banc des accusés tant la prestation livrée était décevante par moment. Mais cette équipe à un responsable, Marc Wilmots.

Ne dit-on pas que le premier responsable d’une équipe c’est le coach ?

Les Éléphants ont manqué d’agressivité, d’envie et de bien d’autres arguments nécessaires pour espérer remporter cette rencontre face à la Guinée, c’est vrai !

Mais avec un peu plus de tact Wilmots aurait pu éviter cette désillusion.

Comment expliquez que les deux meneurs d’homme de cette équipe aient été écartés du groupe ?


En effet, Serey Dié et Gervinho, les 2 récents capitaines de l’équipe A de Côte d’Ivoire n’ont pas été retenu pour ce match face à la Guinée.


Est-ce le choix de l’entraîneur ? Une volonté personnelle des joueurs ? Où autres choses… ?

 

On ignore les véritables raisons de leurs absences, mais il est certain que cette équipe avait besoin d’eux afin de donner de l’assurance aux plus jeunes et de les galvaniser. Mais hélas !

 

Wilmots cherche son meneur d’homme en vain

 

Depuis Zokora en passant Drogba ou encore Yaya Touré, la gestion du capitanat dans cette équipe ivoirienne a très souvent été sujet à controverse.

 

Dès son 1er match (face aux Pays-Bas), Wilmots a choisi de responsabiliser Serge Aurier en lui donnant le brassard de Capitaine de la sélection Ivoirienne.


Pourquoi lui ? Est-ce un choix par défaut ? Où un choix imposé ?


Face au Pays-Bas, Serey Die était absent et Gervinho sur le Banc, le choix d’Aurier comme capitaine n’avait rien d’anormal. Par contre ce qui l’était, c’est le fait qu’à son entrée sur le terrain, Gervinho n’ai pas reçu son brassard de la part du "capitaine par intérim", Aurier…

Un capitanat basé sur le nombre de sélections. Vraiment ?

 

Wilmots a tenté de relativisé cette polémique autour du capitanat en mettant en place un nouveau critère pour le port du brassard : « À chaque match, le brassard reviendra au joueur qui a le plus de sélections parmi les onze entrants » avait-il déclaré lors de la conférence de presse ce vendredi dernier à Bouaké.

Sur cette base on aurait pensé que le brassard de capitaine reviendrait à Seydou Doumbia (35 sélections). Mais c’est bien Serge Aurier, 30 sélections avant ce match qui en a hérité.

Alors à moins que cette règle possède des clauses que nous ignorons, Wilmots ne l’a pas respecté sur cette rencontre.

Peut-être que Wilmots veut faire d’Aurier son meneur d’homme...

Un capitaine doit pouvoir haranguer ses troupes, avoir un comportement exemplaire et être reconnu et respecté de tous.

Serge Aurier fera peut-être un excellent capitaine dans les années avenir, mais avant il devra mériter ce brassard comme l’ont fait avant lui Kolo Touré, Zokora Didier, Didier Drogba, Yaya Touré, Gervinho ou encore Serey Dié.

Wilmots demande du temps pour mettre sa stratégie en place, nous lui demandons de jouer franc-jeu et de dire la vérité aux Ivoiriens sur tous ces bruits qui cours.

 

 

MondialSport.net

 

Commentaires