Sport

Attentats de Londres/ L'Arabie Saoudite snobe un hommage aux victimes puis s'excuse

Attentats de Londres/ L'Arabie Saoudite snobe un hommage aux victimes puis s'excuse

Ce 8 juin à Adelaïde, lors du match contre l’Australie, comptant pour la qualification au Mondial 2018, l’équipe nationale saoudienne a snobé la minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Londres. Ce vendredi, la Fédération chérifienne de foot a présenté ses excuses.

 

 

Adil Ezzat, le patron du football saoudien s'est excusé vendredi après que l'équipe nationale ait snobé jeudi une minute de silence pour les victimes de l'attentat de Londres.

Avant le début du match, il était convenu que les deux équipes marquent une minute de silence pour saluer la mémoire des huit victimes parmi lesquelles figurent deux Australiens. Au signal du speaker, les Socceroos (équipe nationale australienne) ont formé une ligne au centre du terrain. Mais la plupart des joueurs saoudiens se sont dispersés. Certains, poursuivaient même leur échauffement.

 

 

Les réactions outrées de la part de spectateurs et responsables politiques en Australie ne se sont pas fait attendre.

Pour se justifier, certains responsables saoudiens expliquent que la tradition de marquer un moment d'arrêt en l'honneur des morts n'est «pas dans la culture saoudienne». Pourtant, le Daily Mail révèle qu’en 2016 l'équipe professionnelle d'Arabie saoudite a observé cet hommage lors d'un avant-match les opposant au Brésil, endeuillé après le crash d'un avion transportant des joueurs de l'équipe nationale. En janvier 2015 également, les équipes saoudiennes de polo et de handball avaient elles aussi respecté une minute de silence pour la mort du roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud.

Face à la polémique, Adil Ezzat, qui s'exprime rarement, n’a eu d’autre choix que de présenter ses excuses : «La Fédération saoudienne regrette profondément et s'excuse sans réserve pour tout outrage qu'a pu provoquer le fait de ne pas observer une minute de silence. Les joueurs n'avaient aucune intention de manquer de respect à la mémoire des victimes ou de bouleverser leurs familles, amis ou toute personne affectée par l'atrocité.»

Pour le vice-Premier ministre australien, Barnaby Joyce, le gouvernement saoudien devrait tout simplement réprimander ses joueurs.

 

 

 

 

 

Avec AFP

 

 

Commentaires