Société

Week-end Pascal/ Des habitants du district d’Abidjan ont fêté dans l’obscurité

Week-end Pascal/  Des habitants du district d’Abidjan ont fêté dans l’obscurité

Des habitants de Port-Bouët et de Koumassi n’ont pas vécu l’ambiance de la résurrection de Jésus Christ comme ils l’auraient souhaité. Et Ce, en raison des coupures intempestives de l’électricité survenues du vendredi 14 et du dimanche 16 avril dernier dans l’un des quartiers de la zone portuaire, Gonzagueville. Certains parleraient d’un délestage.

« Même ceux qui sont au campement sont mieux que nous qui disons être en ville », a martelé Ehué Janet, une habitante de Gonzagueville, qui constatait avec amertume le vendredi 14 avril 2017 l’électricité qui tardait à revenir.

Les tenanciers de ‘‘maquis’’ qui voyaient en ce début de week-end l’occasion pour faire le plein sinon augmenter leurs recettes ont dû s’en tenir à la décision de la compagnie ivoirienne d’électricité (Cei) de ne pas alimenter cette zone. « Ils sont les premiers à couper ton courant, lorsqu’on ne paye pas leur facture. Aujourd’hui, qu’on ne leur doit pas ils ont quand même coupé », s’est indigné un gérant de maquis sis sur la rue Catholique. A notre arrivée dans cet espace, seules quelques personnes, sans doute par fidélité, consommaient dans l’obscurité. Les autres ayant préféré aller voir ailleurs. Une situation qui n’est sans conséquence pour les vendeuses présentes aux alentours.

« Si les clients ne viennent pas, nous on va faire comment ? », s’interroge une vendeuse de poisson braisé située en face dudit espace.

Si l’électricité a pu être rétablir le samedi, les habitants de la rue Catholique ont de nouveau faire face à l’obscurité le dimanche 16 avril 2017, date de la commémoration de la Résurrection du Christ. Ce, jusqu’au petit matin. « Ça, c’est un délestage qui ne dit pas son nom. Sinon, comment pouvez-vous comprendre que pendant que la rue Catholique n’a pas l’électricité, la rue 12 en a. Hier (samedi 15 avril 2017) pendant que nous avions le courant, le rue 12 était plongée dans le noir », a indiqué un habitant.

Dans la commune Koumassi, des populations ont aussi subi le dictat de la Compagnie Ivoirienne d’électricité (Cie).

C’est ici le lieu d’inviter les autorités à faire suivre les décisions qu’elles prennent. Car, rappelons-le, le ministre du Pétrole, de l’énergie et de l’énergie durable, Thierry Tanoh, avait garanti à tous l’électricité à tous à la veille de la fête.

Commentaires