Société

Un groupe de syndicats frondeurs des fonctionnaires menace de reprendre la grève

Un groupe de syndicats frondeurs des fonctionnaires menace de reprendre la grève

Le groupe de syndicats de fonctionnaires et agents de l’Etat ne reconnaissant pas la rédaction d’un projet d’arrêté de négociation de la trêve sociale avec le gouvernement monte au créneau. Ces 10 syndicats mènent une campagne de sensibilisation des fonctionnaires pour un retour à la grève. Une décision qui risque de ralentir considérablement les négociations entre syndicats de fonctionnaires et le Gouvernement.

Le 12 mars dernier, 10 des syndicats de fonctionnaires, issus de la plate-forme nationale des organisations professionnelles du secteur public ou de l’Intersyndicale des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire (If-Ci), ont fait une déclaration dans laquelle ils affirment ne pas se reconnaître dans la rédaction d’un projet d’arrêté de négociation de la trêve sociale.

Ce lundi 20 mars, une nouvelle déclaration des syndicats frondurs est attendue. Une sensibilisation des fonctionnaires pour la reprise de la grève illimitée serait très active sur le terrain, depuis a semaine dernière.

« Le gouvernement sait combien l’Etat nous doit. On n’a pas besoin de s’asseoir autour d’une table pour cela. Le gouvernement nous a fait savoir que les caisses de l’Etat ne sont pas propices aux décaissements. Nous ne sommes pas quand même bloqués ! Mais ce que nous demandons tout simplement à l’Etat, c’est un échéancier de paiement. Qu’il soit long ou court, nous allons l’accepter. L’essentiel pour nous, c’est d’entrer dans nos fonds. On va encore dépenser des millions Fcfa pour des réunions à n’en pas finir. Tout cela, pour nous avoir à l’usure. La revendication essentielle sur les 6 revendications de la plate-forme et de l’If-Ci, c’est le paiement du stock des arriérés, rien d’autre. D’autres corps de métiers ont obtenu rapidement ce qu’ils ont demandé, parce qu’ils avaient des moyens de pression et de dissuasion non conventionnels. Mais nous, nous n’avons que la grève pour nous faire entendre. Et notre cri de cœur est légitime », affirme un syndicaliste frondeur.

Commentaires