Société

Togo: Lomé, ville des rendez-vous régionaux de l’Ouest du centre

Togo: Lomé, ville des rendez-vous régionaux de l’Ouest du centre

Deux jours, trois sommets de chefs d'Etat. Il ne sera pas facile de circuler à Lomé, au Togo, jusqu'à ce mardi soir. Surtout autour du quartier administratif où militaires et gendarmes ont pris position dès hier pour l'arrivée des premiers chefs d’Etat. Au programme dans la capitale togolaise : le sommet de l'Union économique et monétaire d’Afrique de l'Ouest (UEMOA), la rencontre des dirigeants de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et dès aujourd'hui un sommet conjoint Cédéao et de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) : l'Ouest et le centre réunis.

Quatre discours ont meublé ce sommet conjoint de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest et de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale. Et tous ont abordé la question de sécurité, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Le partage de frontières communes, terrestres et maritimes rend les deux régions vulnérables aux nombreuses menaces. Cela créé aussi des liens, des interdépendances et des influences au niveau des Etats et des populations de ces deux ensembles qui font que les deux régions partagent les mêmes problématiques, a déclaré, l’hôte du sommet, Faure Gnassingbé, le président en exercice de la conférence des chefs d’Etat de la Cédéao. « Il faut donc une volonté de nous tous pour juguler ces menaces », a dit ensuite Ali Bongo, le président en exercice de la CEEAC.

Cette rencontre est la première du genre, même s’il y a eu des initiatives informelles par le passé, comme la rencontre de Yaoundé, il y a quelques années. Cette rencontre doit examiner la situation sécuritaire des deux zones, qui toutes sont victimes des activités illicites transfrontalières, notamment le terrorisme, le blanchiment d’argent, le trafic d’armes, d’êtres humains. Toutes sortes de fléaux qui menacent la sécurité commune des deux régions. Plus concrètement, il s’agit de mutualiser les efforts de lutte contre toutes ces menaces en levant surtout les obstacles frontaliers dans les échanges.

Trois sommets en deux jours, le programme est chargé pour la ville de Lomé avec des bruits inhabituels de sirènes de police et des mesures de sécurité drastiques qui sont prises depuis le week-end. Tout le quartier administratif est bouclé, aucun véhicule privé n’a accès à ce périmètre, des déviations sont imposées.

Le sommet se réunissant dans un grand hôtel du le quartier administratif, cela engendre des embouteillages sur le côté est du boulevard circulaire et les voies menant vers le grand marché. Heureusement, une navette est prévue pour desservir les bureaux environnants.

Commentaires