Société

Syndicats des fonctionnaires : Zadi Gnagna et ses camarades accusés de trahison

Syndicats des fonctionnaires : Zadi Gnagna et ses camarades accusés de trahison

En pleine négociations avec le Gouvernement, les choses vont mal au sein de la plateforme nationale des organisations de la fonction publique et l’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IFCI). Deux des principales sections de ces deux principaux syndicats menacent de se retirer de la plateforme. Ceux-ci s’opposent à la trêve sociale tant souhaitée par les autorités ivoiriennes. En outre, le président de l’IFCI, Zadi Gnagna est accusé de trahison.

Cette décision contenue dans un communiqué, les syndicats souhaitant se retirer de la plateforme des fonctionnaires s’opposer à la trêve sociale, décision prise sans contact avec la base.

« Depuis le mois de novembre, les fonctionnaires de Côte d’Ivoire réunis au sein de la plateforme ont entamé une lutte au travers d’une grève pour revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail. Ils ont été rejoints au mois de janvier par l’intersyndicale des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire et tous ont conduit pendant une période de trois semaines ce combat historique. Malgré la non-satisfaction de la plate-forme revendicative, les portes paroles des deux groupements contre la volonté des bases, ont en toute conscience décidé de sursoir la lutte en appelant par une déclaration télévisée, à la levée du mot d’ordre de grève, le dimanche 22 janvier 2017 », dénonce le communiqué.

« Cependant, la question majeure du stock des arriérés accuse une fin de non-recevoir de la part de l’Etat quoique constituant un droit acquis pour les fonctionnaires. Vu la manière cavalière et unilatérale des portes paroles actuels de la plateforme et de l’IFCI d’aller à cette trêve sociale, vu la détermination des fonctionnaires et agents à obtenir le paiement de stock des arriérés et les ponts restant, vu les motifs fallacieux avancés par le président de la plateforme pour ne pas tenir l’assemblée générale du 10 mars 2017, le collège des secrétaires généraux nationaux membres de la plateforme et de l’IFCI déclare : ne pas se reconnaitre dans le projet d’une trêve sociale sans le paiement préalable du stock des arriérés, le collège informe tous les fonctionnaires de la reprise imminente de la lutte et les appellent à rester mobiliser pour le paiement du stock des arriérés et la résolution des autres points restant », ajoute le communiqué.

Commentaires