Société

Stock des arriérés/Ajournement Rencontre gouvernement-fonctionnaires : Que s’est-il passé ?

Stock des arriérés/Ajournement Rencontre gouvernement-fonctionnaires : Que s’est-il passé ?

Ce mardi 13 juin, le gouvernement et les fonctionnaires ivoiriens devaient se rencontrer pour définir les modalités de paiement du stock des arriérés de salaire, une des revendications à l’origine de la grève générale initiée en début d’année par les travailleurs de l’Etat. L’importante entrevue a finalement due être ajournée.

 

 

A l’issue d’une réunion tenue le 30 mai dernier entre le gouvernement, menée par son chef Amadou Gon Coulibaly, et les représentants des groupements syndicaux de fonctionnaires, le principe était acquis. La reconnaissance du stock des arriérés a été réaffirmée par le Premier Ministre et il a été convenu que le 13 juin 2017, le projet d'accord avec les modalités de paiement en cours d'élaboration et de consolidation par la partie gouvernementale serait conclu.

Aux date et lieu indiqués, les fonctionnaires étaient bien présents mais le gouvernement et ses représentants manquaient à l’appel. C’est du moins ce que révèle un communiqué de la Plateforme nationale des syndicats de la fonction publique dont nous avons reçu copie. Communiqué signé de la main de son secrétaire national, Armand Blé Nanin.

 

Qu’est ce qui explique l’absence de l’Etat à une rencontre aussi importante que délicate ?

Peut-être le fait que le Premier ministre qui s’est lui-même saisi du dossier dès sa prise de fonction en janvier dernier, et qui devait présider ladite rencontre soit absent du pays. En mission de mobilisation de fonds (Eurobond) en Europe et aux Etats-Unis depuis le 1er juin, avec certains de ses ministres (du budget, de l’économie et des finances notamment) Amadou Gon Coulibaly ne devait rentrer qu’en fin de journée (18h30) ce mardi.

Et les représentants de fonctionnaires n’en ont malheureusement pas été informés. Ils ont dû constater d’eux-mêmes, sur place, que la réunion ne se tiendrait pas.

Problème de communication ou oubli ? Pour nombre de fonctionnaires, ce n’est ni plus ni moins qu’un manque de considération et de respect. Pour d’autres, c’est une manière pour l’Etat de se défiler et d’éviter ainsi de payer leurs dus.

Les fonctionnaires plus déterminés que jamais entendent poursuivre “le combat’’ jusqu’au paiement de leurs arriérés de salaire qui s’élèvent selon leurs estimations à 249,6 milliards de FCFA.

 

 

Commentaires