Société

SILA 2018/Maurice Bandaman : « Le livre libère de la servitude »

SILA 2018/Maurice Bandaman : « Le livre libère de la servitude »

La première page du Salon international du livre d’Abidjan (SILA) a été tournée ce mercredi 16 mai 2018. Le thème retenu est "Le livre, vecteur des identités culturelles". Présent à la cérémonie officielle d’ouverture de la 10ème édition du salon, Maurice Bandaman, ministre de la Culture et de la Francophonie, a vanté les vertus libératrices du livre.  

Homme de lettres et de culture, Maurice Bandaman a d’entrée de jeu exprimer sa joie de « célébrer le livre » avant de rendre un vibrant hommage à Charles Nokan, l’auteur à l’’honneur, l’un des pionniers de la littérature ivoirienne. Puis le ministre-écrivain de se féliciter de la présence des Etats-Unis, un grand pays « pour sa contribution significative de la promotion du livre et de la culture ». Tout en félicitant l’écrivain Serge Bilé, lauréat du Grand prix national Bernard Dadié, le député de Taabo a indiqué que le livre «permet de se libérer de la servitude».

Bien avant le ministre de la Culture et de la Francophonie, Anges Félix N’Dapkri, commissaire général du SILA, a signifié que cette « édition est spéciale à double titre ». Elle célèbre, en effet, les 10 ans du SILA et la 20ème année d’existence de l’Association des éditeurs de Côte d’Ivoire (ASSEDI). « Le SILA participe au positionnement de notre pays. Nous tenons à exprimer notre gratitude au président Henri Konan Bédié (parrain de l’édition 2018) qui confère une marque déposée au salon », a-t-il ajouté.

A travers une allocution fort appréciée, Charles Nokan a livré sa conception de la poésie.  Pour lui, « il n’y a pas de poésie sans image ». Toutefois, fait-il remarquer, « la substance d’un poème ne réside pas que dans la musique des mots », elle réside aussi dans la positivité.

Le parrain du SILA 2018, Henri Konan Bédié, était représenté par son directeur de cabinet, Coulibaly Lenissongui.

Notons que la cérémonie a débuté par la remise des lots aux lauréats des prix littéraires, distingués un peu plus tôt dans la matinée.

 

Commentaires