Société

Foncier/Port-Bouët : Plusieurs villages crient à l'expropriation

Foncier/Port-Bouët : Plusieurs villages crient à l'expropriation

Les communautés villageoises d’Abouabou, Anan, Akouè-Agban, Bregbo et Petit-Bassam, propriétaires de la parcelle de forêt déclassée d’Abouabou, dans la commune de Port-Bouët, sont amères contre le Cnra (Centre national de recherches agronomiques).

 

 

Mercredi 20 juillet 2017, les communautés de ces différents villages, avec à leur tête Bagui Tana et Aboussou Djama Pascal, respectivement chefs de village de Brégbo et d’Anan, ainsi que les représentants des autres villages, sont montés au créneau pour dénoncer une expropriation de leurs terres portant sur un terrain de 788 hectares.

Les communautés villageoises Atchan, propriétaires de ce site, se disent déterminées à prendre possession de leurs terres laissées par leurs ancêtres au prix de leur sang. « Nous n’avons pas le droit de brader ni de nous laisser spolier, au risque de trahir la mémoire de tous ceux qui y ont laissé leur vie. Nous comptons sur l’Etat qui nous l'a rétrocédé », espère le chef de Anan, Aboussou Djama Pascal. Il a confié que l'étendue de leurs terres était initialement estimée à 4700 hectares, dont 1700 hectares déjà mis en valeur par des promoteurs immobiliers.

« 788 hectares sur les 3000 restants sont convoités par l’entreprise en question », ont déploré les conférenciers. Selon eux, les limites de cette parcelle partent de la commune de Port- Bouët au premier pont de Moossou, dans la commune de Grand-Bassam. Elle a été acquise, disent-ils, suite à une guerre de conquête de terre entre les Atchan (Ebrié) et le peuple Abouré. « L’administration coloniale est intervenue pour délimiter ce territoire. Cela a fait l’objet de la signature d’un traité tripartite entre les Atchan, les Abouré et le gouverneur de l’époque. Et depuis lors, ce terrain est resté la propriété de ces différents Atchan jusqu’en 1998 », a rappelé cette tête couronnée, brandissant les documents de la décision gouvernementale.

 

 

 

Commentaires