Société

Pluies à Abidjan: plus de 540 personnes dans des zones à risques d’Attecoubé à «relocaliser»

Pluies à Abidjan: plus de 540 personnes dans des zones à risques d’Attecoubé à «relocaliser»

Plus de 540 personnes installées dans des « zones à très haut risques » à Attecoubé, une commune dans l’Ouest d’Abidjan, devraient être « relocalisées », a indiqué vendredi à APA le maire Paulin Danho, en marge d’une cérémonie de « recueillement » autour des victimes des récentes pluies diluviennes.

 

« Nous sommes obligés de déplacer plus de 540 personnes qui sont malheureusement dans des zones à très haut risques qu'il nous faut relocaliser dans les familles et protéger pour faire passer la tempête des grandes pluies », a fait savoir le maire d’Attecoubé, Paul in Danho.  

Au cours de cette cérémonie de « recueillement » autour des victimes des récentes pluies diluviennes, Patricia Yao, représentante de la Première dame, a annoncé la venue prochaine de Dominique Ouattara avec des vivres et non-vivres pour témoigner sa compassion et sa solidarité aux populations.

De fortes pluies ont occasionné dans la nuit de lundi 18 à mardi 19 juin 2018, 18 morts dans plusieurs quartiers à Abidjan, un décès à Tiassalé, dans la Région de l’Agneby-Tiassa (Nord-Ouest d’Abidjan) et un décès à Guiberoua (Centre-Ouest du pays), soit 20 morts. A Attecoubé, des éboulements de terrains ont fait six morts et deux blessés.

John Adjala, présent à la cérémonie, rapporte avoir perdu deux frères dans ce « désastre », un musicien de 30 ans et un apprenti tailleur de 27 ans qui dormaient dans la même maison, quand à 4h du matin un éboulement a projeté l’habitation de fortune dans laquelle ils se trouvaient.  

Pélagie Kouadio Ahouba, la grand-mère de Samuel Christ Odachi, tient dans ses bras cet enfant de deux ans et demi, fils du musicien tué dans ce glissement de terrain. Visiblement anéantie, elle se dit « bousculée » face à cet incident  « fort douloureux » qui a arraché cet artiste à l’affection de sa fille de 20 ans. 

« La mère du petit Christ Samuel a perdu son père à trois ans et quand j’ai entendu que son géniteur est décédé, c’est comme si on allait revivre encore les mêmes histoires. Ma fille a perdu son papa à trois ans et son fils aussi perd son père à deux ans », dit-elle la gorge nouée d’émotion.

Zoumana Karamoko, lui, raconte que son petit frère a perdu sa femme et ses deux enfants. Le drame s’est produit autour de 5h GMT à Locodjro vers Mossikro suite à un éboulement qui a emporté « au moins trois à quatre maisons ». Son frère, ajoute-t-il, a pu heureusement sauver sa nièce.

Le gouvernement ivoirien a dégagé jeudi « une enveloppe d’urgence de 2 milliards Fcfa » suite aux pluies diluviennes qui ont fait 20 morts dans le pays. Ce montant devrait permettre la réalisation de mesures à l’endroit des victimes et de faire face aux questions d’assainissement.

Commentaires