Société

Patricia Kalou et les femmes : Ça reprend de plus belle !

Patricia Kalou et les femmes : Ça reprend de plus belle !

Femme de média et présidente de fondation, Patricia Claude Kalou, Directrice générale de l’agence Première ligne est depuis plusieurs années engagée aux côtés des femmes. Elle l’a encore une fois réaffirmé ce vendredi 23 mars 2018, à Yopougon.

 

 

Femmes au cœur d’or et Aibô, deux associations féminines pour qui le 23 mars 2018 restera une date mémorable.

Ce jour, elles ont reçu de la Fondation Letagonin (femme battante, femme de valeur en langue Gouro) de Patricia Kalou des outils informatiques.

L’objectif non voilé de la donatrice est d’aider ces femmes qui se battent au quotidien avec des moyens parfois rudimentaires à sortir de l’informel, à se structurer et devenir ainsi plus efficaces et autonomes.

« Nous sommes là, nous sommes avec vous (…) pour vous accompagner et vous aider », a déclaré Patricia Kalou qui était porteuse de dons.

Les associations ont reçu chacune un ordinateur de dernière génération et une imprimante.

L’image contient peut-être : 18 personnes, personnes souriantes

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes debout et intérieur

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises et texte

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes assises

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes souriantes, personnes debout

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes assises

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes souriantes

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

La joie était indescriptible pour ces femmes qui pour la plus part sont analphabètes mais non moins engagées pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

Femmes au cœur d’or (Fecor) dirigée par Yaé Alice s’est assignée pour mission de « soutenir les jeunes filles, filles-mères et veuves en difficultés, les accompagner dans l’obtention de prêts bancaires pour financer des activités génératrices de revenus, les soutenir pour la scolarisation de leurs enfants, le paiement de leurs loyers… ». Elle compte une soixantaine de membres.

Quant à la société coopérative Aibô (l’heure est arrivée, en Gouro), elle regroupe des commerçantes de vivriers (gros et détail), essentiellement originaires du Centre-ouest du pays. Elles se font d’ailleurs appeler « Les Amazones de la Marahoué ». On en dénombre un peu plus de 800 réunies autour de Zamblé Lou Honorine, la présidente.

Bien que confrontées à des réalités différentes, parce qu’exerçant dans des secteurs différents, les récipiendaires de la Fondation Letagonin ont ceci de commun qu’elles sont confrontées aux mêmes difficultés (accès au financement, accompagnement dans l’élaboration de projets, comptabilité, alphabétisation…).

Des besoins qui sont au cœur des missions de la Fondation de Patricia Kalou.

L’activité de ce vendredi marque d’ailleurs le début d’une nouvelle ère pour l’organisation née en 2010.

En effet, dans les semaines à venir sont prévues des formations en informatique, leadership, entrepreneuriat, santé (prévention et sensibilisation contre le cancer du col de l’utérus et du sein, le VIH-SIDA) à l’attention des femmes et filles de Côte d’Ivoire.

Suivront, toujours à l’endroit de la gente féminine, des conférences en milieu estudiantin et scolaire.

Rien de bien  étonnant, quand on sait que la Fondation Letagonin, vieille de 8 ans,  a choisi d’œuvrer en faveur de l’autonomisation sociale, économique et politique de la femme ; contribuer au bien-être de la femme, de la jeune fille et de la fillette ; promouvoir l’égalité du genre ; Soutenir les initiatives de développement communautaire et associatif ; promouvoir la scolarisation de la petite fille ; lutter contre toute forme de violences faites aux femmes et aux filles.

La création de la Fondation répond également au besoin d’impulser le développement pour des milliers de femmes ivoiriennes et même africaines, afin de réduire l’extrême pauvreté des femmes, en agissant sur ses déterminants et réduire ses conséquences

Notamment en mobilisant les ressources, afin d’améliorer le bien-être économique et social des femmes, filles et petites filles.

Pour plus d’informations sur la Fondation Letagonin, cliquez ici.

 

 

Commentaires