Société

Messe de Noël / Norbert Abékan: «Il faut rompre avec la violence»

Messe de Noël / Norbert Abékan: «Il faut rompre avec la violence»

Le curé de la paroisse Notre Dame de la Tendresse, l’Abbé Norbert Abékan, demande aux Ivoiriens de rompre avec la violence et de regarder dans la même direction en vue de la construction de la Côte d’Ivoire. Cette exhortation a été faite, à la messe anticipée de Noël, le mercredi 24 décembre dernier, à la paroisse Sainte Famille, de la Riviera 2, en présence de la Première Dame, Dominique Ouattara.

« Au ciel, il n’y aura pas de RDR, de PDCI et de FPI. C’est pour cela que durant notre existence, nous devons nous aimer les uns les autres et faire tomber les barrières qui existent entre nous. A la Noël, Dieu vient avec la source d’amour pour que nous l’accueillions. Il vient habiter avec les hommes pour former une seule famille. C’est pour cela, à la Noël, c’est la fête de la famille », a-t-il indiqué. La naissance de Jésus, selon l’homme de Dieu, doit symboliser la vie, l’harmonie et l’amour. C’est pourquoi, l’Abbé Norbert Abékan invite les Ivoiriens à créer un pont entre eux d’abord, et entre Dieu et ces derniers après. « Désormais, il ne doit plus y avoir de mur entre les hommes et les femmes », plaide-t-il. Il recommande aux Ivoiriens à l’image des Rwandais, qui ont connu une longue crise, de rompre avec la violence pour permettre à la Côte d’Ivoire d’aller de l’avant. «Les Rwandais ont opté pour le pardon, le respect de l’environnement, la discipline, etc. Ils ont tourné le dos à la guerre et à la violence », a-t-il relevé. Et de poursuivre : «Il faut éviter la boue de délation, de calomnie et de médisance parce que Dieu veut qu’on forme une harmonie et qu’on harmonise nos valeurs».

Le curé de la paroisse Sainte Famille, l’Abbé Euloge Blanchard Abré a remercié la Première Dame qui a offert trois millions FCFA pour construire un abri pour la grotte, 50 sacs de riz, des sacs d’oignons, de pomme de terre et des jouets. La paroisse a offert un tableau de Jésus et un autre présent à son hôte.

A la cathédrale Saint Paul, au Plateau, lors de la nuit de Noël, Jean Pierre cardinal Kutwa, archevêque d’Abidjan, a, pour sa part, recommandé aux Ivoiriens de faire en sorte que la Côte d’Ivoire redevienne une ‘‘terre bénie de Dieu ». « Cela passe par une nécessaire remise en cause de nos états de vie. Guides religieux ou politiques, hommes de médias ou citoyen lambda, chrétiens ou non croyants, osons changer nos regards et nos appréciations sur nous-mêmes et sur les autres », a-t-il supplié. Le Fils de Dieu, a-t-il dit, s’offre à chacun, sans distinction aucune d’âge, de sexe, de parti politique, de religion, de région et de niveau social. «Bien plus, Il tend tout simplement les bras et nous demande de l’accueillir avec empressement. Reconnaissez avec moi combien il serait gratifiant et reposant pour nos familles, pour nos communautés, pour notre pays, que tous, nous vivions en parfaite intelligence, en nous enrichissant mutuellement de nos différences », a-t-il conclu.

Commentaires