Société

Madagascar dévastée par le cyclone Enawo

Madagascar dévastée par le cyclone Enawo

Un bilan encore très provisoire faisait état samedi 11 mars au soir de 50 morts et 176 000 sinistrés dans le nord, le centre et l’Est de l’île.

Au moins cinquante personnes sont mortes et plus de 176 000 sont sinistrées après le passage du cyclone Enawo sur Madagascar, a fait savoir samedi 11 mars au soir le Bureau national de Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) d’après un bilan encore très provisoire.

Un cyclone de classe 4

Après s’être formé dans l’océan Indien, le cyclone Enawo a frappé mardi dernier le nord-est de Madagascar, accompagné de pluies diluviennes et de rafales de vents allant jusqu’à 300 km/h puis s’est engouffré dans le centre et l’est de l’île, frappant Antananarivo, avant de décliner en dépression le 9 mars et de quitter l’île.

Enawo a été classé au niveau 4 sur une échelle d’intensité qui en compte 5. Selon la Croix-Rouge malgache, il s’agit du plus puissant cyclone qui frappe Madagascar depuis le cyclone Giovanna en 2012 qui avec la tempête tropicale avaient tous deux fait 112 morts et 90 000 sinistrés.

Plusieurs années avant de remettre sur pied les cultures

L’ampleur de la catastrophe est encore difficile à cerner en raison de l’isolement des régions affectées et des dégâts sur les réseaux de communications. Au-delà des toitures et des arbres arrachés, des routes, des ponts et des digues endommagées, il semble que la quasi-totalité des cultures de vanille, de cacao et de girofle soient détruites, de même que les rizicultures. Il faudra plusieurs années avant de pouvoir retrouver des niveaux de production comparables à ceux d’avant catastrophe.

Pour l’heure la première des urgences concerne l’apport en eau potable des populations touchées, les puits ayant été souillés par les inondations.

Les organisations humanitaires onusiennes et ONG telles le programme alimentaire mondial (PAM), la Croix-Rouge malgache ou Care, présents sur l’île tentent de délivrer les premières aides d’urgence en nourriture, abris et soins médicaux.

720 000 personnes potentiellement touchées

Selon la Croix-Rouge malgache, qui a déployé plus de mille volontaires dans les huit régions les plus touchées, la trajectoire et l’intensité d’Enawo rappellent celles des cyclones Galifo et Ivan qui avaient respectivement frappé Madagascar en 2004 et 2008.

De ce fait elle estime que 720 000 personnes pourraient être affectées tandis que 92 000 pourraient nécessiter une aide d’urgence dans les prochaines semaines.

La sécheresse sévit toujours au Sud

Alors que les habitants de la moitié nord-est de l’île subissent crues et inondations les pieds dans l’eau, le sud du pays subit une sécheresse au long cours qui a fait plonger un million de personnes en insécurité alimentaire sévère.

Commentaires