Société

Les populations ivoiriennes invitées au civisme pour «atténuer» les effets des inondations

Les populations ivoiriennes invitées au civisme pour «atténuer» les effets des inondations

Les populations ivoiriennes ont été invitées, mercredi, au civisme en changeant de comportements pour «atténuer» les effets des inondations qui ont déjà touché plusieurs familles à travers le pays.

Cet appel a été lancé par la ministre de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Mariatou Koné, faisant au nom du gouvernement un don composé essentiellement de matelas, de riz, d’eau, d’huile et de pâtes alimentaires d’une valeur de 22 millions FCFA à 150 familles victimes d’inondations dans la commune d’Agbovillle (environ 80 km au Nord d’Abidjan).

 « Les inondations sont le fait de la nature, mais par nos comportements, nous pouvons atténuer » leurs effets, a souligné Mariatou Koné qui a visité quelques sites situés dans le quartier Artisanal de la commune. «Préservez vos vies en allant dans les sites sécurisés », a-t-elle insisté à l’endroit des populations exposées aux intempéries.

«L'Etat prend  ses responsabilités, vous devez prendre les vôtres » a poursuivi l’émissaire du gouvernement, saluant dans la  foulée le courage et la responsabilité des 40 familles «qui ont accepté de quitter leur maison». Pour elle, « c’est  un acte responsable ».

Dans la même veine, la ministre Mariatou Koné a exhorté les populations à éviter également les constructions anarchiques et de jeter des ordures dans les caniveaux.

Ces inondations font suite «à une sortie inhabituelle de son lit» du fleuve Agbo qui traverse cette cité. Cette montée du fleuve a causé de nombreux dégâts matériels. Cinq quartiers inondés et 150  familles  sinistrées issues des quartiers Artisanal, Gantoi, Dioulakro, Kouakoukro et Montaigne 2 ont été enregistrés.

Maurice Yao Kanga, chef du quartier Artisanal par ailleurs, porte-parole des bénéficiaires, a plaidé auprès du gouvernement «pour résoudre ce problème de façon définitive en l’attaquant à la source, c'est-à-dire la réalisation de  grands travaux dans les lits du fleuve Agbo, à partir du quartier Artisanal.

Une situation similaire s’est produite à Aboisso, dans le Sud-Est d’Abidjan, où le fleuve de la Bia est sorti de son lit, faisant deux morts et plusieurs dégâts matériels.

Auparavant, des pluies diluviennes survenues les 18 et 19 juin à Abidjan ont fait 18 décès dans la capitale économique ivoirienne et deux autres à l’intérieur du pays, soit un total de 20 morts. Ce qui a amené le gouvernement à engager à Abidjan la destruction des constructions réalisées sur les bassins d’orage de drainage.

Commentaires