Société

Le ministre Sangafowa retourne au domaine du Niéky, trois ans après l’inondation de la bananeraie

Le ministre Sangafowa retourne au domaine du Niéky, trois ans après l’inondation de la bananeraie

Près de trois ans après les sérieux dégâts dans la bananeraie du Grand-Niéky appartenant à la SCB, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, y est retourné ce jeudi, pour constater l’état d’avancement des travaux menés pour la reconstruction de la plantation.

 

 

Se réjouissant d’abord du fait que la tristesse, la désolation et le sentiment d’abandon qui se lisaient alors sur les visages des responsables de la SCB et ses travailleurs aient fait place aujourd’hui à des sentiments contraires, le ministre a salué tous les acteurs des actions qui ont permis de sauver la société et les emplois.

En effet, suite à des pluies torrentielles qui se sont abattues du 28 au 30 juin 2014 dans le domaine du Grand-Niéky de la Société d’étude et de développement de la culture de banane (SCB) située à Songon Abiaté, 1300 ha de banane avaient été détruits, représentant 50 000 T, soit le quart de la production nationale de banane dessert.

Dès qu’il avait été informé du sinistre, le ministre avait dépêché ses services dans le domaine, avant de s’y rendre personnellement le 12 juillet 2014. Il avait alors rassuré, au nom du Gouvernement, que des mesures seront prises et des actions menées pour sauver la SCB et son millier d’employés.

Sangafowa Coulibaly a souligné que défis occasionnés par l’inondation avaient fait ressortir un besoin d’investissement de 13 milliards FCFA, une perte d’environ 1 500 emplois, des TVA d’un montant de 3,5 milliards à payer aux planteurs, entre autres.

Auparavant, le représentant de l’Union européenne (UE), Patrick Houben, au nom de l’ambassadeur de l’UE en Côte d’Ivoire, a rappelé la contribution de l’organisation depuis avril 2014, à hauteur de plus de deux milliards FCFA. Et ce, dans le cadre du programme MAB (Mesures d’accompagnement banane) cofinancé par l’UE et l’Etat ivoirien, à hauteur de 25 milliards FCFA.

Pour sa part, le directeur général de la SCB, Dominique Malezieux, a salué les appuis qui ont permis de faire en sorte que la filière banane dessert reste debout, dans son entièreté. Il a toutefois plaidé pour la baisse des taxes douanières (75 € par tonne), le renouvellement du programme MAB, et l’exonération de la TVA à l’exportation.

La Côte d’Ivoire qui avait perdu sa place de 1er producteur/exportateur africain de banane dessert en 2014 -ravie un an seulement auparavant au Cameroun- l’a reprise depuis 2016, grâce à ces mesures. La production qui était de 300 000 T avant l’inondation, a repris de plus belle et devrait être portée à 600 000 T en 2020, selon le DG des productions et de la sécurité alimentaire au MINADER, Dr Brédoumy Soumaïla.

 

 

Commentaires