Société

Le Maroc réclame davantage d'aides de l'UE pour surveiller les flux migratoires

Le Maroc réclame davantage d'aides de l'UE pour surveiller les flux migratoires

Près de 400 migrants ont été secourus ce week-end en Méditerranée alors qu'ils tentaient la traversée entre le Maroc et l'Espagne. Alors que le nombre total de migrants cherchant à atteindre les rivages européens est en baisse par rapport au pic de l'année 2015, l'Espagne connaît une augmentation constante des arrivées par la mer depuis plus d'un an. Et selon un rapport interne de Frontex, l'agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes, que s'est procuré le quotidien espagnol El Pais, le Maroc aurait relâché sa vigilance concernant les contrôles de sortie de son territoire.

Selon ce rapport interne, il y aurait certains « dysfonctionnements » au Maroc concernant la surveillance des flux migratoires. Les patrouilles seraient moins efficaces l'après-midi, permettant aux passeurs de faire partir les candidats au départ vers l'Espagne, peut-on lire.

L'Espagne a dépassé l'Italie cette année et est devenue première destination des migrants avec plus de 20 000 arrivées depuis le 1er janvier. C'est déjà plus que pour l'ensemble de l'année 2017.

Le Maroc réclame plus d'aides de la part de l'Union européenne. La Commission a reconnu la semaine dernière que le pays avait en effet « besoin d'un soutien plus important ».

L'exécutif européen a évoqué « l'octroi urgent de 55 millions d'euros pour des programmes de gestion des frontières au Maroc et en Tunisie ». Mais cette aide reste encore hypothétique : le président de la Commission européenne écrit dans un courrier au Premier ministre espagnol que les moyens du Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique restent limités, plusieurs Etats membres n'ayant pas versé leur contribution.

Commentaires