Société

L’alcool impliqué dans 75 % des cas d’agressions sexuelles

L’alcool impliqué dans 75 % des cas d’agressions sexuelles

Alors que l’année scolaire tire à sa fin dans les cégeps et les universités, Éduc’alcool lance une campagne de sensibilisation sur les effets de l’alcool en lien avec les agressions sexuelles. Selon une étude récente, environ 75 % des victimes d’agressions sexuelles avaient de l’alcool dans le sang quand le crime a eu lieu.

Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool, rappelle que l’alcool a un double effet, à la fois sur les agresseurs et sur les agressés.

«D’une part, l’agresseur perd ses inhibitions et peut faire des choses qu’il n’aurait jamais faites. De l'autre côté, les personnes agressées ne réussissent pas à repérer le signal qu’elles pourraient être agressées, a-t-il expliqué en entrevue sur les ondes de LCN. Aussi, leur capacité à dire non est affaiblie. Elles ne disent pas non parce qu’elles ne réalisent pas exactement ce qui se passe. L’agresseur ne décode pas non plus les "petits nons", s’il y en a.»

L’alcool est la substance le plus souvent présente dans un contexte d’agression sexuelle. Éduc’alcool a donc lancé une campagne dans tous les cégeps et les universités. Des affiches et des dépliants ont notamment été distribués.

La campagne «L'alcool n'excuse rien. Jamais!» de l’organisme vise à sensibiliser les jeunes sur les effets de la consommation d’alcool sur les fonctions sexuelles, les effets de la désinhibition créés par l’alcool, la notion de consentement, etc.

«Le harcèlement sexuel est beaucoup trop fréquent, sur les campus comme à l’extérieur, a indiqué le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy. Et le fait de boire n’est jamais une excuse pour un tel comportement, quel qu’il soit.»

En terminant, M. Sacy rappelle trois consignes à respecter lorsqu’on s’aperçoit qu’une personne a trop bu, sans lui faire la morale:

  • Lui offrir d’espacer les consommations ou de lui proposer une consommation sans alcool
  • Ne jamais la laisser seule
  • Ne pas regarder ailleurs lorsqu’il y a une agression et intervenir

 

AGENCE QMI

Commentaires