Société

Kenya: trois Chinois soupçonnés de tentative de corruption devant la justice

Kenya: trois Chinois soupçonnés de tentative de corruption devant la justice

Au Kenya, trois Chinois sont accusés d’avoir tenté de corrompre des enquêteurs. Les trois hommes travaillent pour la société chinoise CRBC qui a construit et qui gère la nouvelle ligne de chemin de fer entre Nairobi et Mombasa. Arrêtés et présentés devant une cour de justice, ce lundi, ils auraient essayé de cacher une arnaque sur la vente des tickets.

Le procureur accuse les trois ressortissants chinois d’avoir mis 9 000 dollars sur la table pour corrompre des enquêteurs. Le bureau des poursuites criminelles les soupçonne d’avoir voulu influencer le déroulement d’investigations dans lesquelles ils seraient impliqués.

Arrêtés et présentés devant une cour de Mombasa ce lundi, les trois hommes ont nié les faits. Leur avocat a demandé leur libération sous caution. Le bureau du procureur s’y est opposé, craignant que les trois accusés n’en profitent pour fuir le pays. Un juge devrait trancher sur la question vendredi.

Un détournement d’ampleur

En tout cas, cette affaire en masque une autre. Celle d’une arnaque aux tickets. Un réseau criminel, dont feraient partie les trois Chinois, est soupçonné d’avoir détourné de l’argent sur les ventes des billets de train de la Standart Gauge Railway. Sachant que la SGR, inaugurée en juin 2017, vient de dépasser les deux millions de passagers, le détournement pourrait être très élevé.

L’affaire est embarrassante à la fois économiquement et politiquement. La SGR est la plus grosse infrastructure jamais construite au Kenya depuis l’indépendance. Plusieurs polémiques ont entaché sa construction comme son coût, qui dépasse les trois milliards de dollars, ou encore le passage des rails à travers des zones protégées. Enfin, le projet symbolise pour beaucoup la dépendance du Kenya envers les financements chinois et la lourde dette bilatérale du pays auprès de Pékin. Certains accusent ainsi le président Kenyatta d’avoir vendu son pays à la Chine.

Commentaires

encore D'Actu
ITV