Société

Interview / Eric Bohème (écrivain): "Dire la réalité est-il pervers et vicieux ?"

Interview / Eric Bohème (écrivain):

Dans une interview qu’il nous a accordée, l’écrivain Eric Bohène nous parle de son roman : « Zone 4 », publié à « FratMat Editions ».  Interview...

Qui est Eric Bohème ?

 

Un toubabou déjà noirci sous le harnais

 

Quelle est ton histoire avec la Côte d’Ivoire ?

 

J’y suis arrivé par le plus grand des hasards, en 2002. Trois jours après, on m’exfiltrait pour  cause de « mutinerie » (on ne parlait pas encore de rébellion). Cette entrée en matière m’a  suffisamment enthousiasmé pour que je ne quitte plus la terre d’Eburnie. J’y passe maintenant entre le tiers et la moitié de ma vie, au gré des saisons des pluies et des  amours, des tensions politiques ...

 

La description du personnage principal de ton œuvre « Jean Christophe Durin » qui devient dépendant de la fréquentation des bars et des « prostituées » ?

 

Jean-Christophe Durin est l’exemple type du Blanc moyen, espèce courante en Zone 4. Son seul mérite réside en sa capacité à observer et à décrire avec  précision et sans parti-pris un monde nouveau pour lui, dans lequel il finira par se perdre, ayant pris les alouettes du miroir pour de noires colombes. Les « amies » que rencontre mon personnage principal (et dont il tombe parfois amoureux) ne sont pas des prostituées, mais plutôt ce qu’on appelait des « michetonneuses » dans l’argot parisien, c’est-à-dire des femmes qui séduisent un homme pour en tirer le meilleur parti financier, se faire donner de l’argent et recevoir des cadeaux. C’est l’ambiguïté de ces relations qui m’a intéressé en tant qu’auteur : qu’est ce qui prendra le dessus, des intérêts mercantile et des élans amoureux ?

 

N’est-ce pas une autobiographie ?

 

Je prends pour un compliment le fait qu’on imagine que mon roman serait autobiographique : cela témoigne que ce journal est suffisamment bien écrit pour être crédible.

 

Quelles sont tes actions pour la promotion du livre en Côte d’Ivoire

 

Soutenu par mon éditeur Frat-Mat Editions, je participe régulièrement à des dédicaces, à des émissions de radio et de télévision. Merci à tous les animateurs qui m’ont accueilli.

 

Certains lecteurs jugent ton œuvre vicieuse et perverse. Que leur réponds-tu ?

 

Dire la réalité est-il pervers et vicieux ? Est-ce moi qui ai inventé les bars de la zone 4 et les hôtels de passe que ces lecteurs ne fréquentent bien sûr jamais ... ? En outre, je ne crois pas que mes personnages soient vicieux ou pervers, loin de là. J’ai voulu au contraire porter témoignage d’êtres humains, touchants pour la plupart, mus par les mêmes passions et pulsions que vous et moi, qui cherchons à s’en sortir, voire à sauver leur peau, dans une période qui fût particulièrement difficile à vivre à Abidjan (2002 à 2006). Je regrette que ces lecteurs ne perçoivent pas que la plupart de mes personnages ont « le cœur qui déborde » soit par manque d’amour, soit en raison de la situation ivoirienne qu’ils voyaient et vivaient à l’époque, et qui les navre.

 

Certains internautes te jugent pervers et vicieux en raison de la publication de « femmes presque nues » sur ton mur Facebook et des commentaires que tu fais.

 

Mes commentaires sont parfois légers - le quotidien est si dur – mais le plus souvent acides, quand je repère un Tartuffe : qui me frotte s’y pique !

 
Que dois- ton retenir de ton livre « zone 4 » ?

 

Je me suis efforcé d’écrire ce roman sans moralisme parce qu’il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un roman moral (c’est presque un oxymore), et pour que chaque lecteur puisse y trouver matière à réfléchir, à s’émouvoir (beaucoup me demandent ce qu’est devenue l’héroïne du livre) et à s’amuser : car Zone 4 est avant tout un livre drôle même si ses histoires peuvent être tristes.

Pour autant, l’actualité chassant l’actualité, j’aimerais qu’on n’oublie pas trop vite ces années-là : qui se souvient encore qu’Abidjan était sous couvre-feu à dix-huit heures ...

 

Un dernier mot aux lecteurs

 

Zone 4 a trouvé son public, n’en déplaise aux pisse-froid, parce que le lire, c’est découvrir l’envers du décor. Qui réserve bien des surprises, chaudes et sensuelles, ou dangereuses, ou ...





Synopsis


le personnage principal se retrouve plongé dans la vie nocturne de la zone 4 d'Abidjan, avec sa cohorte de bars et de gos*. Tout au long de son journal, qu'il s'est mis à rédiger peu après son arrivée à Abidjan, il relate les évènements dont il va être le témoin ainsi que les aventures auxquelles il n'était nullement préparé. Aventures sexuelles et amoureuses mais aussi tentative de coup d'État, rébellion qui secoue le pays, tensions croissantes entre factions rivales puis vis-à-vis de la communauté et de l'armée françaises.
Avec émotion et humour, et à travers des portraits de femmes d'une justesse et d'une vérité poignantes, Eric Bohème nous raconte une Côte d'Ivoire qui a soif de vivre malgré les difficultés. Sensuel et bouillonnant, ce roman réserve bien des surprises à ses lecteurs.

(Avec yahn Aka) 
 

Commentaires