Société

Hadj: déception pour 200 pèlerins ivoiriens arnaqués par leur agence de voyages

Hadj: déception pour 200 pèlerins ivoiriens arnaqués par leur agence de voyages

  A Abidjan, en Côte d'Ivoire, la déception est de taille pour quelque 200 Ivoiriens candidats au hadj 2017. Pour leur pèlerinage en lieu saint, ils avaient fait appel à deux agences de voyages privées, avant de se rendre compte que leur inscription sur la liste des partants avait été faite de manière irrégulière. Ils n'ont donc pas pu obtenir de visa pour l'Arabie saoudite. Après avoir manifesté leur colère dans la rue en fin de semaine dernière, les candidats au hadj lésés se sont organisés en collectif et demandent à être remboursés.

 

Le 15 août, Mory Doumbia, 60 ans, a quitté la ville de Bouaké pour Abidjan avec l'espoir d'accomplir le cinquième pilier de l'Islam. Cependant, il n'est jamais monté dans l'avion, faute de visa. En cause : son agence de voyages avait dépassé les quotas de pèlerins qui lui étaient alloués par l'Etat.

Cet enseignant à la retraite se dit très déçu : « Hadj, c'est une procession de foi, vous informez votre entourage, le quartier, la ville, tout le monde se mobilise pour vous accompagner. »

Avec les 255 autres victimes, il a monté un collectif afin d'au moins réclamer le remboursement des sommes versées, entre 2 et 3 millions de francs CFA par personne. Les responsables des deux agences mises en cause, Méridien Hadj & Oumra et EIMPC, ont été brièvement interpellés et se sont engagés à répondre à leur attente.

Bamba Messamba, à la tête de la direction générale ivoirienne des cultes, s'est aussi emparé du dossier : « Il y a eu un préjudice moral, mais sur plan financier, on va tout mettre en œuvre pour qu'ils puissent recouvrer tout leur dû. Et peut-être que d'ici lundi, Méridien aura terminé ses remboursements, l'autre agence a proposé un délai d'un mois pour le remboursement et ce remboursement a déjà commencé. »

La direction générale des cultes n'exclut toutefois pas des sanctions. Elle a aussi proposé aux victimes d'être inscrites en priorité sur la liste du contingent étatique de l'année prochaine.

                                                                        RFI

 

Commentaires