Société

Gabon: les paysans excédés par les ravages des éléphants dans les plantations

Gabon: les paysans excédés par les ravages des éléphants dans les plantations

Le conflit entre les paysans et les éléphants devient très préoccupant au Gabon. En effet, ces animaux intégralement protégés dévastent les plantations. Ils chassent ainsi les paysans de leurs terres, qu'ils ne peuvent plus cultiver, et parfois de leurs villages où il n'y a plus rien à manger. A quelques mois des prochaines élections législatives et sénatoriales, les parlementaires gabonais ont convoqué les principaux défenseurs de l'environnement pour examiner ensemble cette question qui divise les élus et leurs électeurs.

Ils sont unanimes : il faut protéger les éléphants. Ce qui les divise ce sont les ravages dans les plantations des paysans par ces pachydermes et surtout le refus des autorités de dédommager les victimes.

« Nos parents nous disent parfois, vous êtes à l’Assemblée nationale, c’est vous qui votez les lois, alors nous allons donc vous inviter à prendre des lois qui établissent aussi des pièces d’état civil pour les éléphants à partir du moment où vous les protégez plus que nous, déclare Angélique Ngoma, présidente de la commission environnement à l'Assemblée nationale. La situation est tellement grave qu’il nous faut asseoir des stratégies idoines pour protéger nos populations face à cette avancée de pachydermes. »

Pour Christian Mbina, spécialiste du conflit homme-faune auprès de l'Agence nationale des parcs nationaux, il y a plus d'éléphants autour des villages pour plusieurs raisons : « Les éléphants sont des animaux très intelligents, ils comprennent qu’ils sont plus en sécurité près des villages que dans la grande forêt où ils sont traqués aujourd’hui. La poussée de l’exploitation forestière dans les zones plus reculées pousse aussi ces éléphants à venir autour des villages. Ce n’est pas une augmentation de la population, on vient de perdre 25 000 éléphants dans la forêt de Minkébé ».

Pour mettre fin à ce conflit, le Gabon a tenté en vain plusieurs solutions comme les cartouches en piments, ou encore les nuisances sonores, mais les éléphants de forêt sont têtus. Actuellement, le pays expérimente les barrières électriques. Cette solution, inspirée du Kenya, est efficace mais trop coûteuse dans un pays en crise économique.

Commentaires