Société

Foncier rural/Assassinat, menaces, intimidations : YJK seul face à un ancien chef rebelle

Foncier rural/Assassinat, menaces, intimidations : YJK seul face à un ancien chef rebelle

Dans un précédent article, nous relations l’histoire de YJK, un propriétaire terrien dépossédé de ses terres par un ex-chef rebelle désigné par les initiales KZ. Depuis plus d’une décennie, il se bat sans succès pour être rétabli dans ses droits. Retour sur les faits où se mêlent mort, injustice et malversations.

 

 

En juin 2001, notre source que nous appelons YJK hérite d’ « une importante parcelle de forêt » de son père. Terres que le défunt a légalement acquises depuis 1975.

Le précieux héritage attire rapidement le regard et KZ, alors chef rebelle est particulièrement sensible à son charme.

En 2002, un matin, ses hommes, armes au poing  investissent les lieux et bloquent les différents accès à la terre. KZ qui se proclame nouvel acquéreur fait convoquer devant lui YKJ.

Une fois son “hôte’’ présent, KZ lui signifie sa nouvelle qualité de détenteur des plantations héritées, qu’il aurait acheté aux mains d’Ousmane, un simple ouvrier.

YKJ veut protester mais il est très vite ramené à la raison par la menace des armes. Même que son interlocuteur lui fait signer des documents dont il ignore le contenu, au risque de perdre la vie.

L’histoire ne s’arrête pas là. Exigeant que sa terre lui soit rétrocédée, YKJ va échapper à une funeste fin.

«  J'ai été l'objet de menaces plusieurs fois et après l'assassinat de mon ouvrier Ousmane par des hommes de ce chef rebelle, ils ont tenté de m'enlever pendant que j'étais en train d'accomplir mon devoir professionnel », révèle notre source.

Et YKJ de poursuivre : « Malgré, mes plaintes à la gendarmerie au bureau du procureur militaire, on m'a fait entendre que ces hommes sont impunissables par la loi. Alors j'ai compris qu'il fallait trouver une autre stratégie parce que je ne voyais plus d'issue à mon problème ».

 

 

Commentaires