Société

Examens à grand tirage/ La FESCI dénonce 4250 cas d’omission

Examens à grand tirage/  La FESCI dénonce 4250 cas d’omission

Trois points ont meublé la conférence de presse du secrétaire général de la FESCI, Assi Fulgence Assi, ce jeudi 29 juin 2017 au siège dudit mouvement sis à l’université Félix Houphouet Boigny de Cocody (Abidjan) en l’occurrence les cas d’omission lors des examens à grand tirage tels que le BECP et le Baccalauréat, la question des résidences universitaire et celle des bourses.

« 2450 élèves n’ont présenté l’examen du BEPC. Au BAC, il y a eu 1500 cas d’omission et 300 cas de maladie. », a révélé le secrétaire général de la FESCI. A l’en croire, ces 4250 cas d’omission sont récurrents dans les établissements privés. Preuves à l’appui, il a cité les collèges la Joconde de Cocody, Manajoss de Yopougon et le lycée moderne d’Agboville. En raison de ces irrégularités, la FESCI réitère son appel à une session de remplacement en vue de donner à ces élèves la possibilité de sauver leur année.

Au titre de la question des cités universitaires, la FESCI exige leur réhabilitation. «Les étudiants inscrits à l’université de Cocody sont au nombre de 51 000 tandis que ceux de l’université d’Abobo-Adjamé sont estimés à 9.000. Je ne saurais vous donner le nombre d’étudiants issus des grandes écoles. Pour cette population, il n’y a que 3150 lits disponibles dans les résidences universitaires de Cocody. », a fait savoir le conférencier. C’est pourquoi le mouvement estudiantin exige l’ouverture des autres cités universitaires. D’autant que, ajoute-t-il, près de 500 étudiants dorment à même le sol dans les amphithéâtres. Il se dit prêt à user des moyens en sa possession pour parvenir à cette fin.

Enfin, la FESCI veut mettre un terme à toutes les tracasseries relatives au paiement de la bourse aux étudiants. Elle préconise le recours aux structures bancaires comme cela se fait dans plusieurs pays.

Commentaires