Société

Enseignement secondaire : Un syndicat se prépare à la grève

Enseignement secondaire : Un syndicat se prépare à la grève

« Si rien n’est fait pour réintégrer les 97 enseignants ex-contractuels injustement exclus de la liste officielle des 3000 enseignants intégrés à la Fonction publique, par le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, cette question va fortement perturber le début de la rentrée scolaire ».

Celui qui s’exprime ainsi est Traoré Désiré Opina, secrétaire général de la Convergence nationale des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire (Cnes-Côte d’Ivoire). Samedi dernier, il était face à la presse à Yopougon.
A l’en croire, il est inadmissible qu’après avoir été recrutés, formés, et ont perçu pendant plusieurs mois la prime mensuelle de 100.000Fcfa par mois, ils ont été, contre toute attente, exclus de la liste des 3000 enseignants ex-contractuels, reconnus désormais comme fonctionnaires. Par le décret du 10 juin 2014 les nommant à titre exceptionnel au grade A3 dans l’emploi de professeur de collège de l’enseignement secondaire général des enseignants appelés contractuels. 
« Nous avons des preuves que ces 97 enseignants ont été purement et simplement remplacés clandestinement par des individus qui n’ont signé aucun contrat avec l’Etat. Ces 97 enseignants en revanche, ont signé un contrat avec l’Etat, assuré les enseignements pendant les trois années de durée de leur contrat, et n’ont fait l’objet d’aucune procédure disciplinaire. Plus grave, 128 nouveaux noms qui n’ont aucun contrat avec l’Etat ne figuraient pas sur la liste de septembre 2013 qui a fait l’objet du décret du 10 juin 2014 » a-t-il martelé.
Le conférencier s’est indigné de ce que pendant huit mois, ces enseignants exclus ont travaillé gratuitement.
« Leurs dernières primes remontent à fin décembre 2013. Du 1er janvier au 31 janvier2014, ils n’ont pas été payés. Croyant à une erreur, ils ont enseigné et même participé aux examens à grand tirage jusqu'à ce qu’ils constatent sur le site dudit ministère qu’ils ne font pas partie des 3000 nouveaux fonctionnaires. Même leurs chefs d’établissement ne les ont pas informés. C’est cruel !» s’est-il offusqué.
De nombreux enseignants ex-contractuels non exclus sont venus apporter leur soutien à la Cnes-Côte d’Ivoire et à leurs camarades exclus.

Charles Bédé

Commentaires