Société

Enseignement national : un syndicat dénonce le recrutement des instituteurs adjoints

Enseignement national : un syndicat dénonce le recrutement des instituteurs adjoints

Le ministère de l’Education nationale de l’Enseignement et de la Formation professionnelle a lancé le recrutement d’instituteurs adjoints (IA). Cette décision gouvernementale est décriée par le Syndicat national de de l’enseignement primaire public de Côte d’Ivoire (SNEPPCI).

Dans les colonnes de notre confrère Notre Voie, Gnélou Paul, secrétaire général du SNEPPCI a dénoncé le recrutement des instituteurs adjoints. Il s’est indigné face à la décision des bailleurs de fonds d’imposer un quota d’instituteurs adjoints à recruter. A l’en croire, la Côte d’Ivoire, dans le souci d’atteindre la barre de 60 000 IA imposé par les bailleurs de fonds, doit en recruter 6000 par an. Le secrétaire général du SNEPPCI pense que cette décision aura un impact négatif sur les performances des élèves.

« Nous nous sommes toujours battus pour le relèvement du niveau d’études des instituteurs. Ce qui a abouti à un moment donné à la suppression du CAFOP niveau BEPC », a-t-il révélé. Pour Gnélou Paul, le recrutement des IA cache une envie des bailleurs de fonds de faire réaliser des économies à l’Etat.

Ce sont au total 5 000 IA qui seront recrutés en vue de permettre « d’élargir la base de la pyramide des formateurs à recruter pour combler le déficit d’enseignants dans l’enseignement préscolaire et primaire », a indiqué un communiqué du gouvernement.

« Les résultats du concours direct d’accès au titre de l’année académique 2017- 2020 avaient enregistré 837 candidats admis sur 1500 postes budgétaires prévus. Il y a donc un différentiel de 638 postes à combler. Aussi pour la bonne mise en œuvre de la programmation souhaitée, le conseil a autorisé l’organisation d’une session complémentaire à titre exceptionnel », avait affirmé Koné Bruno, porte-parole du gouvernement.

Commentaires