Société

Ebola: Les exigences de la Côte d’Ivoire pour ouvrir les frontières avec le Libéria et la Guinée

Ebola: Les exigences de la Côte d’Ivoire pour ouvrir les frontières avec le Libéria et la Guinée

Les pays comme la Côte d'Ivoire et le Sénégal qui ont fermé leurs frontières communes avec le Libéria et la Guinée (pays contaminés) pour protéger leurs populations contre la fièvre hémorragique à virus Ebola, sont restés fermés à la demande de réouverture.

C'est ce qui ressort de la réunion tenue par les ministres de la Santé des 15 pays de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest), à Accra, au Ghana, le jeudi 28 août 2014, selon nos sources. De fait, ces pays insistent sur le renforcement des équipements dans les centres de Santé des Etats affectés par ledit virus avant de se plier à la demande. Aussi, relèvent-ils la nécessité de mettre un dispositif rassurant pour contrôler les déplacements aux frontières. Soulignons qu'il a été retenu à la rencontre d'Accra que des équipes soient envoyées pour renforcer celles qui sont dans les pays contaminés. Il était également question de renflouer les caisses du fonds de soutien des pays touchés parce que les besoins sont énormes. Rappelons que la Côte d'Ivoire a décidé, il y a moins d'un mois, pour avoir des habitants sains, en plus de la fermeture des frontières avec les pays contaminés, que les populations ne se serrent plus la main et qu'elles ne se donnent plus d'accolades. En outre, il est interdit de consommer la viande de brousse. Soulignons que la fièvre hémorragique à virus Ebola a fait environ 1500 morts, depuis qu'elle est entrée en Afrique de l'ouest en mars dernier. 

Dominique FADEGNON

Commentaires