Société

Disparus du Novotel: La "prison à vie" requise contre les principaux accusés

Disparus du Novotel:  La

Cinq militaires ivoiriens dont l’ex-chef de la garde républicaine risquent la prison à vie pour l'enlèvement et le meurtre en avril 2011 de quatre personnes, à l’hôtel Novotel d’Abidjan Plateau. C’est la peine requise par Souleymane Koné, l’avocat général du tribunal de Yopougon où se déroule le procès.

 

 

Le 4 avril 2011, au plus fort de la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, un commando fait irruption à l'hôtel Novotel d'Abidjan Plateau, qui servait accessoirement de lieu de rassemblement pour expatriés (français notamment) emmenant son directeur, Stéphane Frantz Di Rippel, Yves Lambelin, directeur général de Sifca, plus grand groupe agro-industriel ivoirien, l'assistant de celui-ci, Raoul Adeossi, et Chelliah Pandian, directeur général d'une filiale de Sifca.

Cinq des dix accusés (en majorité des militaires ivoiriens), sont poursuivis pour "séquestration et assassinat", les autres pour enlèvement" et/ou "disparition de cadavres".

Selon les autorités ivoiriennes, les quatre hommes ont été emmenés au palais présidentiel, torturés et tués. Deux corps ont été retrouvés fin mai 2011 dans la lagune près d'Abidjan, mais seul le cadavre d'Yves Lambelin avait pu être formellement identifié.

Le procès s'est ouvert le 21 février et les parties civiles en attendent qu'il révèle s'il y a eu des commanditaires, pourquoi les quatre victimes ont été arrêtées et tuées et où se trouvent les corps.

 

 

 

 

Avec AFP

 

 

Commentaires