Société

Des habitants de Douala privés d’eau depuis plusieurs jours

Des habitants de Douala privés d’eau depuis plusieurs jours

Des milliers d’habitants de la ville de Douala et d’autres localités du pays subissent le calvaire pour se procurer l’eau potable à cause des multiples coupures d’eau, a constaté APA dimanche dans la métropole économique.  

Une situation qui pousse des populations à se « débrouiller » comme elles peuvent pour se procurer cette denrée devenue très rare.

 

« Cela fait cinq jours que nous n’avons pas d’eau. Les robinets sont à sec. Nous sommes obligés de recourir vers les forages privés pour avoir un peu d’eau », a confié une habitante au quartier Cité-Sic dans le cinquième arrondissement.

 

En cette période où il pleut abondamment dans la ville de Douala et dans d’autres régions, des riverains s’en remettent aux eaux de pluies pour tenter de résoudre cette difficulté.

 

« Quand la pluie tombe, nous disposons des récipients dehors pour recueillir l’eau. Même si nous ne la buvons pas, elle sert au moins à se laver et à faire la cuisine », a expliqué une ménagère.

 

Dans la plupart des quartiers de Douala, c’est devenu récurrent de voir plusieurs personnes porter des bidons et d’autres ustensiles à la recherche d’eau potable, tandis que des rares sites abritant des forages sont pris d’assaut par des dizaines de personnes.

 

Conséquence, « vous pouvez facilement passer une heure, voire deux heures du temps avant de puiser. Le rang est long et il faut supporter », se plaint-on ça et là.

 

« Contrairement à certaines périodes où l’eau coule généralement la nuit, cette fois-ci, rien de cela. Nous nous réveillons plusieurs fois espérant trouver l’eau, mais toujours rien. Et cela fait une semaine d’affilé que cela dure. La situation est vraiment insupportable, voire invivable », a renseigné un habitant du quartier Log-Baba dans le troisième arrondissement.

 

Par ailleurs, « lorsqu’il arrive que l’eau coule pendant quelque temps, la pression est faible, ce qui ne favorise pas vraiment qu’on fasse des réserves », a expliqué un autre habitant de la cité portuaire.

 

Face à cette levée de bouclier, les responsables de la Cameroon water utilities corporation (CAMWATER) chargée de la production et de la distribution d’eau potable sortent peu à peu de leur mutisme, pour invoquer « des travaux » dans le réseau de distribution.

 

Commentaires