Société

Des grottes funéraires vieilles de 3000 ans découvertes en Champagne

Des grottes funéraires vieilles de 3000 ans découvertes en Champagne

Après cinq ans de fouilles, le site archéologique de Vert-Toulon revèle plusieurs hypogées, sépultures collectives creusées dans la craie d'une carrière de silex, presque intactes depuis le Néolithique, l'époque de la sédentarisation humaine.

«Ce que vous voyez ici est antérieur d'au moins 1.500 ans aux pyramides d'Égypte», affirme Rémi Martineau, archéologue et chercheur au CNRS de Dijon, en contre-haut des fouilles qui s'étalent sur la pente escarpée de la butte de Vert-Toulon, en Champagne. Ce n'est qu'après cinq ans de fouilles que ce chantier livre ses secrets. «Il faudrait trois générations pour terminer les recherches, rien que pour le Néolithique», estime le chercheur.

Cette dernière campagne, financée par le ministère de la Culture, le CNRS et l'université de Bourgogne Franche-Comté en partenariat avec l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), s'achèvera le 8 juillet. Les précédentes ont permis de mettre en évidence trois hypogées, des grottes funéraires qui font partie des différentes formes de sépultures collectives ancestrales, à l'image des dolmens.

«On enterrait quelqu'un, on refermait la grotte et ainsi de suite. Les corps étaient posés les uns à côté des autres puis au-dessus des autres quand il n'y avait plus de place. À la fin l'entrée était condamnée avec des sédiments», explique Rémi Martineau à genoux dans un hypogée de dix mètres carrés, les mains blanchies par le sol crayeux. «Il y avait des hommes, des femmes et des enfants, mais très peu de nouveau-nés», précise-t-il, ajoutant que des bijoux, outils, de la poterie et des carquois de flèches accompagnaient les défunts.

Commentaires