Société

Déguerpissement quartier Abattoir de Port-Bouët : « Il y a anguille sous roche» (1ère partie)

Déguerpissement quartier Abattoir de Port-Bouët : « Il y a anguille sous roche» (1ère partie)

Une zone d’ombre plane sur les motifs du déguerpissement au quartier Abattoir de Port-Bouët. Les nombreuses familles sinistrées logées pour la plupart dans des écoles primaires réclament « la vérité ». Selon eux, les motifs révélés par le district d’Abidjan est loin d’être proche de la réalité. Désormais installées dans des conditions insalubres, elles s’inquiètent pour la santé de leurs enfants et estiment que dans cette affaire, "Il y a anguille sous roche".

Image associée

Après avoir appris le désarroi des déguerpis du quartier Abattoir de Port-Bouët, nous nous sommes rendus sur place pour non seulement constater les faits mais également écouter les sinistrés. Arrivés sur place, nous nous sommes directement rendus dans les écoles qui servent d’abris pour ceux qui ont tout perdu et qui étaient obligés de passer un bref séjour dans le cimetière non loin de leur quartier démoli.

Résultat de recherche d'images pour "déguerpissement au quartier Abattoir à Port-Bouet"

Nous avons rencontré le collectif des déguerpis du quartier Abattoir de Port-Bouët. Les responsables de ce collectif ne se sont pas fait prier pour dévoiler leur colère à l’encontre du district d’Abidjan, auteur de leur déguerpissement. Selon eux, le motif révélé par cette instance est non avenu. Car ils affirment avoir été surpris par le déguerpissement et non prévenus.

Image associée 

« Tout ce que nous voulons, c’est qu’on dise la vérité sur ce déguerpissement. Le district d’Abidjan a déclaré que notre quartier (Abattoir) était une zone à risques pourtant depuis plus de 30 ans que je vis ici, jamais l’eau de pluie n’a tué quelqu’un ni causé des dégâts importants. Nous pensons que le district ne nous dit pas la vérité. Avant de nous reloger nous réclamons la vérité », a déclaré un membre du collectif des déguerpis du quartier Abattoir de Port-Bouët.

Commentaires