Société

Cyberattaque mondiale : après Wannacry, NotPetya piège 2000 entreprises

Cyberattaque mondiale : après Wannacry, NotPetya piège 2000 entreprises

Plus de 2 000 sociétés dans le monde ont été touchées par un virus informatique. Saint-Gobain, Auchan... Les groupes français ne sont pas épargnés.

L'ordinateurse bloque, crypte vos données et vous réclame une rançon pour fonctionner à nouveau... Les virus «rançongiciels» font de nouveau des ravages. Un mois et demi après le dévastateur Wannacry, qui a bloqué des milliers d'entreprises, une nouvelle gigantesque cyberattaque du même type a frappé des sociétés et des institutions sur le continent européen et aux Etats-Unis. L'éditeur d'antivirus Kaspersky comptait mardi plus de 2 000 victimes !

Dysfonctionnements à l'aéroport de Kiev, panne d'ordinateurs à la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl, terminaux de paiement mis hors service dans onze magasins ukrainiens d'Auchan... Si les premiers dégâts ont été constatés dans les pays de l'Est, le virus informatique Petwrap (ou NotPetya) s'est rapidement propagé à d'autres pays européens et aux Etats-Unis. «Nos laboratoires de surveillance et de veille ont commencé à voir les premières attaques en Ukraine vers 11 heures. Les françaises ont été détectées vers 15 heures», relate Michael Bittan, associé responsable des activités cyber chez le cabinet d'audit et de conseil Deloitte. Il poursuit : «Il s'agit d'une multitude d'attaques lancées simultanément ou en décalage, qui ciblent les entreprises du CAC 40, des sociétés et des institutions situées en Europe.»

Commentaires