Société

Côte d’Ivoire/ Le GEPCI condamne l’attaque du siège d'un média ivoirien

Côte d’Ivoire/ Le GEPCI condamne l’attaque du siège d'un média ivoirien

 Dans un communiqué de presse transmis lundi à l’AIP, le Groupement des Éditeurs de Presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) condamne contre le saccage du siège du bi-hebdomadaire satirique L’Eléphant déchaîné.

 

« Le GEPCI s’élève contre l’agression gratuite et condamne fermement, avec la dernière énergie, les menaces contre les médias en général et en particulier L’Éléphant déchaîné et les atteintes intolérables au libre exercice du métier de journaliste », écrit le président de cette organisation, Amédée Assi Adon.

Devant ce fait, le Groupement dit prendre à témoin le gouvernement de la  République de Côte d’Ivoire, l’opinion publique nationale et internationale, les associations de protection des journalistes et les organisations de défense des droits de l’Homme. « La liberté d’expression et de la presse sont des droits fondamentaux, garants de la démocratie et d’une bonne gouvernance », rappelle Amédée Assi.

Il exhorte les autorités publiques à diligenter une enquête pour identifier les auteurs et leur faire subir la rigueur de la loi.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des individus non encore identifiés ont escaladé la clôture du siège du journal L’Éléphant déchaîné et ont accédé au 2ème niveau du bâtiment. Une fois à l’intérieur, ils se sont introduits dans le bureau du directeur général, Antoine Tiémoko Assalé. Ils ont fouillé tous les tiroirs en mettant tout sens dessus dessous et ont réussi à emporter deux dossiers d’enquêtes, des clés USB contenant d’importants fichiers, trois téléphones portables et les dossiers liés à la constitution de l’entreprise de presse, souligne le communiqué.

Commentaires