Société

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne de commercialisation du café 2018-2019 le 24 décembre

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne de commercialisation du café 2018-2019 le 24 décembre

La campagne de commercialisation du café pour la période 2018-2019 s’ouvre le 24 décembre 2018, a annoncé mercredi à Abidjan le directeur général du Conseil café-cacao, Yves Brahima Koné.

« Le lundi 24 décembre (2018), nous allons ouvrir la campagne », a  dit Yves Brahima Koné, devant des acteurs de la filière et des  journalistes, au cours d’une séance d’explication de la chute du prix  garanti pour la période 2018-2019. 

Il a fait  savoir que « le marché international du café est extrêmement mauvais »,  avant d’ajouter « si on devrait tenir compte du marché », le prix du  kilogramme pour l’équilibre de la filière café devrait être de 533  Fcfa. 

Le gouvernement, dira-t-il, a consenti  un « effort exceptionnel » pour porter le prix garanti à 700 Fcfa le  kilogramme. Et ce, à la demande du chef de l’Etat ivoirien Alassane  Ouattara pour une meilleure rémunération aux producteurs.

Cette  chute du prix intervient en raison de deux facteurs. Le premier,  relatif à une offre mondiale très élevée, avec une production record de  près d’un million de tonnes pour le Vietnam et 680.000 tonnes pour  l’Indonésie, et le second dû au dumping, a indiqué M. Koné.

«  Nous constatons que ces concurrents majeurs font des décotes sur le  prix jusqu'à 250 dollars/tonne soit environ 140 Fcfa le Kg », ce qui a  créé la chute des cours, a fait observer le directeur général du Conseil  café-cacao.

M. Koné Brahima a appelé, dans ce  contexte, les producteurs et les acteurs de la filière café à respecter  toutes les règles en vue du bon déroulement de la campagne de  commercialisation pour la période 2018-2019.

Le  prix garanti du café pour la campagne précédente en Côte d'Ivoire,  troisième producteur africain, était de 750 Fcfa/Kg, soit une baisse de  50 Fcfa. Pour soutenir le prix de 700 Fcfa, l’Etat a consenti plus de 21  milliards Fcfa, selon M. Yves Brahima Koné.  

Commentaires