Société

Côte d’Ivoire/ Le réconfort du gouvernement aux sinistrés des inondations du fleuve Agbo

Côte d’Ivoire/ Le réconfort du gouvernement aux sinistrés des inondations du fleuve Agbo

La ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la lutte contre la Pauvreté, Mariatou Koné a apporté, mercredi, à Agboville, la compassion et le réconfort du gouvernement aux sinistrés des inondations de la crue du fleuve Agbo, en remettant aux 150 familles touchées par les eaux dont 40 ont dû quitter les lieux pour se mettre à l’abri, des vivres et non vivres estimés à 20 millions de francs CFA.  

 

 

Il s’agit entre autres de l’huile, du sucre, du riz, des pâtes alimentaires, des cartons de tomate, des boîtes de conserves, etc pour les vivres, et des matelas, du savon, des chaussures, des nattes, des bouilloires etc. en ce qui concerne les non vivres.

 

Mais pour les 40 familles qui se sont déplacées pour sauver leur vie, la ministre a accordé en plus deux millions de francs CFA en espèces pour avoir posé un acte responsable.

 

Pour préserver les vies humaines plus importantes que les biens matériels, la ministre a donc exhorté les 110 autres familles encore sur les lieux avec tous les risques de maladies et d’éventuels effondrements de maisons, à partir sans délai, à la suite des 40 qui ont préféré quitter les lieux pour éviter le danger.

 

Pour ce faire, elle a invité le maire d’Agboville, N’cho Acho Albert à trouver rapidement un site de recasement pour les familles sinistrées, afin de prévenir des situations plus dramatiques que celles d’aujourd’hui.

 

Aux populations et particulièrement aux habitants des quartiers Artisanal, Odienekabougou, Gantois, Kouakoukro, ayant subi et subissant de manière récurrente ces inondations les saisons à forte pluie, l’envoyée du gouvernement a demandé de prendre les précautions et les dispositions nécessaires pour y faire face.

 

En évitant les constructions anarchiques, l’implantation des maisons au milieu de l’eau ou dans des endroits où elles ne devraient pas exister.

 

‘’C’est mieux de quitter ces lieux et même de changer de quartier pour avoir la vie sauve’’, a-t-elle insisté.

Commentaires