Société

Conflit Mairie de Jacqueville-Unanim/ Les faits qui accablent Unanim Group

Conflit Mairie de Jacqueville-Unanim/ Les faits qui accablent Unanim Group

Une convention entre la mairie de Jacqueville et l’entreprise Unanim Group, d’une durée de cinq ans a été annulée par le maire de ladite commune. Ce qui a suscité le courroux de Frédéric Kouadio Konan, directeur général de Unanim Group. Une visite dans la cité balnéaire, jeudi 9 mars 2017, situe sur les réalisations non honorées par l’entreprise, raison de l’annulation de la convention par la mairie.

Les faits

C’est Frédéric Kouadio Konan, Dg de Unanim Group qui lance le pavé dans la marre en se répandant dans la presse. « Qu’on me dise ce qui s’est passé en deux mois pour que le maire Joachim Beugré rompt une convention signée pour 5 années à travers ce courrier farfelu alors que nous avons déjà investi. Nous ne sommes pas philanthropes. », s’est plaint Frédéric Kouadio Konan qui s’appuie sur le courrier n°16-91/CJ/SG/ST dans lequel le maire se réjouit du partenariat. Autre argument du plaignant. jeudi 1er septembre 2016, le maire Joachim Beugré annule les lettres d’attribution de 172 lots qu’il a cédés à l’entreprise sur les 270 prévus par la convention arguant que les travaux ne sont pas faits dans les règles de l’art et que Unanim Group se permet de vendre les terrains à son insu. ‘‘Courrier farfelu’’ réplique Unanim Group, lundi 5 septembre 2016. Mieux son Dg dépose une demande d’Arrêté de Construction Définitif au ministère de la Construction et de l’urbanisme lundi 26 septembre 2016. Lequel ministère lui indique, par le biais du directeur régional, que son courrier est transféré au ministère du Budget précisément à la Conservation financière. Cinq mois plus tard, alors qu’il soutient avoir déjà payé 21 millions Frs Cfa pour ces arrêtés, Soro Abdoulaye directeur départemental de la construction à Jacqueville lui envoie le courrier n°23 DDCLAU/JVLE marquant le rejet de son dossier. Comment un dossier transmis au ministère du Budget par le directeur régional de la Construction peut-il être rejeté par le directeur départemental de la Construction de Jacqueville ? Telle est la question que se pose Frédéric Kouadio Konan. Ce qui lui fait dire que le maire Joachim Beugré a manipulé des gens pour commettre ce qu’il appelle un impair administratif. 

La réalité du terrain

Une visite à Jacqueville (Ouest d’Abidjan) permet de constater que Unanim Group n’a point honoré son engagement. La convention signée entre l’entreprise et la mairie stipule que l’entreprise s’engage à préfinancer l’extension de la ville sur un espace de 240 hectares que l’Etat autorise la commune à exploiter. Ce qui passe par l’ouverture des voix principales et secondaires, leur reprofilage et remplissage, la construction d’un château d’eau, l’électrification ainsi que la construction d’un monument à la place des 3 A. En retour, la mairie lui offre 270 lots. Sur 47 Km, Unanim Group n’ouvre que 11,7 Km. Des voies impraticables car couvertes de molles de terres. Aucun reprofilage ou remplissage. Pas de poteau d’électricité. L’espace dédié au château d’eau attend toujours Unanim Group pour poser la première pierre.

Une démarche aux contours quelque peu flous

En lieu et place de recourir à ses avocats ou au pire des cas à la Justice pour l’annulation cavalière d’une convention dans laquelle il a déjà investi des fonds, Frédéric Kouadio Konan se répand dans la presse. Lorsque le maire Joachim Beugré lui demande de faire revenir en Côte d’Ivoire le président du Conseil d’Administration de l’entreprise qu’il représente, c’est le silence radio. Pourtant, c’est ce dernier, Alain Kokou Ani Frani qui avait signé un chèque de 400 millions Frs Cfa dans le cadre de ladite convention. Chèque resté entre les mains de Frédéric Kouakou Konan. Pis, le Dg de Unanim group fait des prospectus à l’insu de la mairie de Jacqueville et vend les 172 lots avec le logo de cette mairie. Un lot, apprend-t-on, coûte 3 millions Frs Cfa. D’ici cinq années, ce prix pourrait être décuplé. Lorsque les lettres d’attribution des 172 lots sont annulées jeudi 1er septembre 2016, Frédéric Kouadio Konan reçoit le courrier, répond le 5 septembre et passe outre cette décision pour faire une demande d’Arrêté de Construction Définitif de ces lots afin d’en être le propriétaire. Pis il paie 21 millions Frs Cfa pour cette procédure. Autant de faits qui accablent le Dg de Unanim Group. Une démarche aux contours très flous qu’il devra expliquer dans les jours à venir. Nous y reviendrons.

 

Lire également: Conflit Mairie de Jacqueville-Unanim Group/ Le DG de Unanim Group assène ses vérités

Lire également: Conflit Mairie de Jacqueville-Unanim Group/ Le maire Joachim Beugré réagit: "C'est une bande d'arnaqueurs''

 

 

 

 

Commentaires