Société

Bouaké/ Malgré les promesses du gouvernement : les robinets toujours à sec

Bouaké/ Malgré les promesses du gouvernement : les robinets toujours à sec

Le mercredi 11 avril 2018, à l’issue d’un Conseil des ministres à Yamoussoukro, Bruno Koné avait indiqué que le gouvernement ivoirien s’attelait à trouver des solutions au problème d’eau à Bouaké. Près d’un mois après ces promesses du porte-parole du Gouvernement, l’eau ne coule toujours pas dans la deuxième plus grande ville du pays.  

 

« Le ministre en charge des Infrastructures économiques travaille avec acharnement sur cette question. Des solutions à court terme seront trouvées pour permettre de soulager les populations », avait promis Bruno Nabagné Koné. Visiblement, l’engagement de l’Etat n’a pas suffire à mettre fin au calvaire des populations de Bouaké. Le problème d’eau continue de troubler le sommeil des habitants de cette ville du centre du pays.

La situation est si grave que l'Office national de l'eau potable (ONEP) avait réagi en envoyant 9 citernes afin d’alléger le calvaire des 1,5 millions d’habitants que compte la ville de Bouaké.

En fait, le lac qui fournissait plus de 70% de la consommation en eau potable des populations est à sec.

Le sujet a été abordé par Alassane Ouattara le 1er mai dernier à l’occasion de la Fête du travail. « C'est un problème dont je souffre moi-même, Bouaké étant une ville importante pour nous tous. Nous prions pour que la pluie arrive rapidement », a dit le chef de l’Etat. Ces propos sonnent un peu comme un aveu d’impuissance du président de la République.

Toutefois, l’ex directeur adjoint du Fonds monétaire international (FMI) a annoncé des mesures notamment l’envoi de 15 camions citernes d’eau, la construction de deux autres unités de traitement d’eau potable. Mais en attendant, comme nous l’a confié un habitant de Bouaké, les puits sont les derniers recours.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires