Société

Au nord du Kenya, les femmes sont la proie facile des shebabs somaliens

Au nord du Kenya, les femmes sont la proie facile des shebabs somaliens

Suite de notre série de reportages dans la région de Dadaab. Aujourd'hui 226 000  somaliens vivent dans le camp du même nom, qui fut jusque récemment le plus grand camp de réfugiés au monde. La sécurité dans la région est très volatile car les terroristes somaliens shebabs constituent une menace constante. Le mouvement prône la loi islamique et certaines communautés, ou encore les femmes, sont plus exposées que d'autres. Et pour survivre, certains réfugiés n'hésitent pas à prendre des risques.

Vivant sous la menace d'un groupe prêt à appliquer la charia par les armes, certains réfugiés sont particulièrement vulnérables. Habibou Nour Sabrye, 27 ans, est une cible à cause de son mode de vie.

« Je bois, je fume, je mange du qat [plante aux effets hallucinatoires quand elle est mastiquée, ndlr] , explique-t-il. J'ai très peur des shebabs. Les gens comme moi, ils veulent les égorger. Ils pensent que vous n'êtes pas musulmane et que vous êtes une prostituée. Chez moi, j'ai fait un trou dans un mur pour pouvoir m'enfuir. Et je mâche du qat toute la nuit pour rester éveillée. A un moment, je voulais me tuer tellement j'étais stressée. Et quand ce n'est pas les shebabs, vous pouvez être battue ou violée par les hommes d'ici. »

C'est ce qui arrivée à sa voisine. Faustine Had Hersy est tombée enceinte après un viol. Une cigarette à la main, elle décrit un quotidien où la menace est constante : « Tout le monde a peur des shebabs. Mais en plus moi je suis stigmatisée car ma famille m'a rejetée. Des hommes cherchent à en profiter. Je n'ai rien à faire, nulle part où accoucher. La vie me dégoûte. On est plusieurs mères célibataires ici car le poste de police est à côté. »

D'autres femmes ressentent la même insécurité, comme Suleila Ahmed Ismaël, 21 ans, qui elle a perdu toute sa famille. « Quand j'entends parler des shebabs, j'ai peur, surtout la nuit. Ici je n'avais que mon oncle pour me protéger. Mais il est mort. En plus je suis issue d'une ethnie minoritaire. Je survis grâce à de petites activités comme laver le linge. »

Certaines disent avoir déposé des dossiers pour être envoyées vivre en Occident mais affirment que leur cas n'avance pas. En tout cas, toutes refusent de rentrer en Somalie malgré parfois plus de vingt ans passés au camp.

Servir de l'alcool, une activité quasi-clandestine

Au camp, rares sont les lieux où l'on sert de l'alcool. C'est une petite maison avec quelques tables et chaises. Les clients boivent du thé, mais aussi de la bière et du whisky devant la télévision. Le responsable ne dira pas son nom mais accepte de confier son quotidien difficile, sous la menace des shebabs prêts à imposer la loi islamique par les armes.

« Pour eux vendre de l'alcool, c'est un pêché, explique-t-il. Des fois je me demande pourquoi je fais ça. J'ai peur quand je vais au marché où quand je vais m'approvisionner à Garissa. Je n'ai jamais vu de shebabs, mais on entend leur nom partout. Et on ne sait pas qui pourrait être membre. C'est stressant. Quand je vois un nouveau client, je me demande qui il est, d'où il vient, ce qu'il fait. Je me pose beaucoup de questions. »

Pour autant, l'homme n'est pas prêt à abandonner son commerce d'autant que les affaires sont plutôt bonnes. « Ici, personne n'a ce genre de commerce. Donc je voulais une activité différente de celle des autres. J'ai beaucoup de clients. Il y a des réfugiés qui viennent boire en cachette. C'est comme un endroit secret pour eux. Les policiers, les employés humanitaires viennent aussi. Donc les affaires ne sont pas mauvaises. J'ai beaucoup de défis mais je fais ce que je peux. Et c'est mieux que de rester assis à mendier. Je préfère agir pour survivre », raconte-t-il.

Par sécurité, l'homme a pris soin d'ouvrir son bar près d'un poste de police et de bureaux humanitaires. Il garde précieusement des contacts dans les services de sécurité, au cas où.

Commentaires