People

10 choses à savoir sur la très fair-play présidente croate

10 choses à savoir sur la très fair-play présidente croate

Elle a été fortement remarquée dimanche pour son attitude plus que fair-play à l'égard des Bleus.

Elle a accompagné son équipe jusqu’à la finale, elle a incarné la supportrice sincère et enflammée, elle a accepté plus que bien la défaite des Croates à la finale. Qui est Kolinda Grabar-Kitavoric, présidente de la Croatie, petit pays aux 4,4 millions d’habitants ?

 

1. Fille de boucher

 

Kolinda Grabar-Kitavoric est née à Rijeka, dans l'ex-Yougoslavie socialiste en 1968. Fille de boucher, elle grandit à la campagne puis va au lycée aux États-Unis, dans la ville de Los Alamos (Nouveau-Mexique), avant de revenir faire ses études à l’université de Zagreb. 

 

2. 1re présidente de son pays

 

Kolinda Grabar-Kitavoric est élue présidente de la Croatie en février 2015. C’est la première femme présidente de son pays. Elle est affiliée au parti de l’Union démocratie croate, située au centre-droit de l’échiquier politique. Elle commence la politique à 24 ans, en intégrant le ministère croate des Sciences et Technologies, puis devient députée en 2003.

Elle a été ministre des Affaires étrangères, où elle a notamment travaillé sur l’intégration de son pays à l’Union européenne. Elle a ensuite été nommée ambassadrice de la Croatie aux États-Unis, puis secrétaire générale adjointe pour la diplomatique publique de l’OTAN. À la présidentielle de 2015, Kolinda Grabar-Kitavoric l'emporte de justesse (50,4%) sur le président sortant, Ivo Josipovic. 

 

3. "Barbie"

 

Dotée d’un physique avantageux, elle a été surnommée "Barbie" par ses opposants durant la campagne. Ces derniers lui reprochent de ne pas avoir de fond. Avec elle, il y aurait l’image, mais sans le son.

 

4. Quadrilingue

 

La présidente croate parle croate, anglais, espagnol et portugais couramment. Elle a également des bases en allemand, français et italien. Kolinda Grabar-Kitavoric possède en effet une licence d’Anglais et d’Espagnol de l’université de Zagreb. Elle a ensuite obtenu un master de Relations internationales.

 

5. Femme puissante

 

En novembre 2017, le site "Forbes" positionne la présidente croate à la 39e place de son classement des femmes les plus puissantes du monde. Elle est également 14e dans la liste des 22 femmes les plus puissantes en politique. 

 

6. Socialement ouverte

 

Kolinda Grabar-Kitavoric se revendique du parti de centre-droit HDZ, parti connu pour ses positions conservatrices et affirme également être une catholique pratiquante. Mais elle a la réputation d'être socialement ouverte. La présidente croate a ainsi défendu l'avortement et se bat pour la légalisation du cannabis à usage thérapeutique. Elle lutte également ouvertement pour le droit des homosexuels.

 

7. Coco Austin

 

En janvier 2016, près d’un an après l’élection présidentielle, des journaux diffusent des photos d’une femme en bikini, affirmant que cette dernière n’est autre que Kolinda Grabar-Kitavoric. Or, après quelques recherches, il s’est avéré que les journalistes s'étaient trompés. Ce n’était pas la présidente croate… mais la mannequin et danseuse Coco Austin.

 

8. Supportrice 

 

La présidente croate a été particulièrement remarquée lors de la Coupe du Monde pour son rôle de supportrice. Dès la qualification de la Croatie en huitième de finale, Kolinda Grabar-Kitavoric a pris un congé sans solde pour assister au match contre le Danemark. Le trajet s’est fait à ses frais, sur une ligne commerciale classique. De plus, la présidente n’a pas voulu opter pour la tribune présidentielle mais a préféré assister au match dans les tribunes, au milieu des supporters.

Pour les matchs suivants, même protocole : congé sans soldes et vol commercial payé de sa poche. La seule fois où la présidente n’a pas pu être présente, c'était lors la demi-finale contre l'Angleterre, en raison du sommet de l’OTAN. Mais elle portait un foulard aux couleurs de son pays et a offert un maillot croate au président américain Donald Trump ainsi qu’à la Première ministre britannique Theresa May.

Kolinda Grabar-Kitavoric  aurait même envisagé, en cas de victoire de la Coupe du monde, que le lundi 16 juillet devienne férié.

 

9. Bonne perdante 

 

Les Français ont remarqué le côté bon joueur de la présidente croate, qui n’a pas hésité, à la fin du match, à fêter la victoire des Français aux côtés de son homologue Emmanuel Macron. Elle a félicité Kilian MBappé lors de la remise de son prix de meilleur jeune joueur de la compétition. Et elle a également tenu à rendre visite aux joueurs de l’équipe de France dans les vestiaires. Le brushing défait à cause de la pluie, Kolinda Grabar-Kitavoric  déclaré: "je suis a présidente de Croatie, félicitations et vive la France !"

10. Mafia

 

En Croatie, politique et football sont particulièrement liés. De nombreuses critiques ont affirmé que la ferveur de la présidente croate avait pour but de reléguer au second plan polémiques et accusations de corruption et de mauvaise gestion concernant la Fédération de football croate. Le capitaine de l’équipe, Lukas Modric, risque même la prison pour faux témoignage. En effet, la Fédération croate est soupçonnée d’avoir un caractère mafieux et d’être en lien avec des membres du parti politique de Kolinda Grabar-Kitavoric, la HDZ.

C’est la fédération en Europe qui a subi le plus grand nombre de condamnations de la part de l’Union des associations européennes de football. Plus de 15 millions d’euros ont été détournés. La présidente est, de plus, proche de personnalités sulfureuses du football croate. Durant le quart de finale contre la Russie, Danir Vrabnovic se tenait à ses côtés dans les gradins. Directeur général de la Fédération, il a été condamné à trois ans de prison début juin pour une affaire d’escroquerie. Il a fait appel.

 

L'Obs

Commentaires