Société

Après les mutins et démobilisés, vers un accord entre les fonctionnaires et le gouvernement

Après les mutins et démobilisés, vers un accord entre les fonctionnaires et le gouvernement

En Côte d’Ivoire, cela fait des mois et des mois que syndicats de fonctionnaires et gouvernement négocient et la situation serait en passe de se débloquer. L'Etat, qui a déjà concédé certains points des revendications des fonctionnaires ivoiriens sur leur avancement ou le droit de grève, accepte aussi finalement d'admettre que l'administration doit encore 249 milliards de francs CFA à ses employés.

Après les mutins, après les démobilisés, c'était le prochain gros chantier qui attendait le gouvernement Gon Coulibaly. Depuis 2013, les fonctionnaires de l’administration de l'enseignement ou encore des hôpitaux réclamaient le paiement d'arriérés de salaires.

Près de 250 milliards de francs CFA (300 millions d'euros) sont bien dus par l'Etat aux fonctionnaires. C'est ce qu'a finalement reconnu le Premier ministre qui préside les négociations avec les différentes plateformes syndicales de fonctionnaires.

Une reconnaissance qui satisfait Théodore Gnagan Zadi, le président de la  Plateforme nationale des syndicats ivoiriens : « Le président avait demandé une clarification de la situation et nos travaux ont abouti à la reconnaissance par le gouvernement de ce qu’ils doivent payer le stock des arriérés. Ce qui reste maintenant, c’est un chronogramme de paiement. Donc on se retrouve le 13 juin pour qu’un chronogramme de paiement nous soit proposé. C’est une grosse victoire pour les fonctionnaires ivoiriens parce que la question du solde des arriérés a démarré depuis 2013. Et de longs débats ont eu lieu. Et aujourd’hui, la reconnaissance à elle seule constitue une grosse victoire pour les fonctionnaires qui d’ailleurs nous appellent de partout pour nous féliciter, pour avoir obtenu cette reconnaissance. Ça, c’est une très bonne nouvelle. Le reste sera plus facile ».

Une reconnaissance de dette de l’Etat qui s'assortit également d'une instruction du Premier ministre de payer ou de débloquer les salaires des fonctionnaires suspendus. Le 13 juin prochain, un accord devrait intervenir pour établir le calendrier des paiements.

 

 

Commentaires