Société

Abidjan: Grosses menaces sur les jeux de la francophonie

Abidjan: Grosses menaces sur les jeux de la francophonie

Tirs nourris à Korhogo (Nord de la Côte d'Ivoire), Abobo-Ndotré (Nord d’Abidjan), marche de la jeunesse du parti de Gbagbo, passe d’armes entre politiciens, autant d’éléments qui mettent Abidjan en ébullition, la Perle des lumières en lumière à quelques heures de l’ouverture officielle des 8è jeux de la francophonie.

Les 8è Jeux de la francophonie devant se tenir du vendredi 21 au dimanche 30 juillet prochain dans la capitale économique ivoirienne sont devenus un moyen de pression pour le "contingent des 2600" qui réclame une prime de 12 millions FCFA par élément et qui menace de s’en prendre à ces jeux. "S’il le faut, nous empêcheront les jeux de la francophonie d’avoir lieu car chaque jour nous frapperont", ont indiqué les soldats dit "contingent des 2600" dans un communiqué dont Imatin a reçu copie.

Samedi, des affrontements entre militaires à Korhogo et Abobo-Ndotré ont fait trois morts et quatre blessés. Ce qui a fait monter d’un cran la colère des militaires dit du "contingent des 2600". "Comment des militaires d’un même camp qui prennent les armes sans tirer sur quelqu’un, juste pour manifester et on leur tire dessus ?", se sont-ils interrogés dans la note. Suite à ce mouvement d’humeur de ces soldats qui ont "cru devoir exprimer des récriminations en se servant de leurs armes dans la commune d’Abobo et de Korhogo", selon une note signée du chef d’Etat-major, Gaoussou Touré, "trois soldats ont été radiés" des effectifs des Forces armées de Côte d’Ivoire La politique n’est pas en marge également de ces jeux.

Suite à un meeting tenu ce même samedi à Koumassi, les jeunes du parti de Gbagbo, ont fait part de leur intention d’organiser une marche jeudi prochain, soit à la veille des jeux. A noter qu’à quatre jours de ces jeux, les premières délégations des pays participants rejoindront Abidjan ce mardi. C’est dans cette atmosphère que la fracture est plus que palpable entre le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) de Bédié, le Rassemblement des Républicains d’Alassane Ouattara et les hommes de Guillaume Soro en ce qui concerne la présidentielle de 2020.

En effet, le week-end écoulé, le Pdci a vu deux de ses cadres (Niamien Ngoran et Jean Louis Billon) demis de leurs fonctions respectivement d’inspecteur général de l’Etat et de président de la région du Hambol. Pendant ce temps, les pontes du Rdr comme les ministres Hamed Bakayoko et Bruno Koné répondaient aux Soroites qui avaient traités le chef de l’Etat d’injuste" lors d’une cérémonie. Ainsi va la Côte d’Ivoire.

Commentaires