Société

 Régime de retraite complémentaire : Ouverture du dialogue social avec les partenaires sociaux

 Régime de retraite complémentaire : Ouverture du dialogue social avec les partenaires sociaux

Jean Claude Kouassi, ministre de l’emploi et de la Protection sociale, a procédé, lundi 18 juin 2018, à la maison de l’entreprise sise à Abidjan-Plateau, à l’ouverture du dialogue social entre le gouvernement et les partenaires sociaux.  

 

« Je vous souhaite de fructueux travaux et déclare ouvert, le dialogue social pour la mise en œuvre du régime de retraite complémentaire au profit des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire ». C’est en ces termes que Jean Claude Kouassi, ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, a ouvert le dialogue social entre le gouvernement et  les partenaires sociaux  en vue de définir, de façon consensuelle, les principales caractéristiques du régime de retraite complémentaire par capitalisation au profit des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire ainsi que les conditions de sa mise en œuvre. Une réforme dont le ministre n’a pas manqué d’indiquer les objectifs pour les fonctionnaires, l’institut de prévoyance sociale-Caisse générale de retraite des agents de l’Etat (IPS-CGRAE) ainsi que pour l’Etat ivoirien.

Siriki Diarassouba, directeur par intérim de la retraite complémentaire à l’IPS-CGRAE, a expliqué les avantages de cette réforme pour les fonctionnaires. Le régime de retraite complémentaire par capitalisation au profit des fonctionnaires et agents de l’Etat a été annoncé par le gouvernement ivoirien lors du Conseil des ministres en sa session du 4 avril 2018. Les fonctionnaires et agents de l’Etat ivoirien n’avaient jusque-là droit qu’à un régime de retraite unique par répartition. Ce système, qui fait peser la charge des pensions essentiellement sur les fonctionnaires en activité, était confronté à un déséquilibre structurel. Une situation qui avait amené les autorités à engager une série de réformes depuis 2012, portant notamment sur la hausse des cotisations ainsi que de l’âge de départ à la retraite.

Tout en saluant le dialogue social entre les pouvoirs publics et les groupements de travailleurs, les participants, les centrales syndicales pour cette première journée, ont noté des points de divergence tels que l’adhésion systématique pour les nouveaux fonctionnaires, la participation de l’Etat et la désignation des bénéficiaires. Plus de 250 mille fonctionnaires et agents de l’Etat concernés par cette réforme s’accorderont pendant deux semaines sur les principes et conditions éssentielles de la réussite de ce régime dont les résultats sont attendus par le gouvernement de Côte d’Ivoire.

 

 

Commentaires