Société

 Le Général Sékou Touré à Bouaké aux côtés des victimes de la mutinerie

 Le Général Sékou Touré à Bouaké aux côtés des victimes de la mutinerie

Sékou Touré, Chef d’état-major général des forces armées de Côte d’Ivoire (FACI), Général de division à la tête d'une mission à Bouaké, à exprimer hier jeudi 18 mai, sa compassion et celle de toute l'armée ivoirienne aux victimes mutinerie. Il a également procédé à constat "de la villa de la cache d’armes’’ trouvée, lundi dernier, dans un domicile privé au quartier Cité de l’air.

 

 ‘’Nous avons fait le constat de la villa de la cache d'armes, toutes les armes ont été enlevées et les enquêtes sont en cours pour voir s'il y a d’autres caches d'armes’’ a déclaré le général de division à la fin de sa visite. Il a invité aussi, la population au calme et à la sérénité.  

Le général Sékou Touré a visité les corridors de la ville de Bouaké et rendu visite aux victimes de la mutinerie, notamment, à la dame blessée toujours internée au CHU de Bouaké et à la famille de Yssouf Diawara, l’ex-combattant démobilisé décédé, dimanche, après avoir reçu plusieurs balles lors d’une attaque d’un groupe de mutins.

 ‘’Nous sommes tous choqués par le décès de notre frère Diawara Yssouf. Je suis venu vous présenter les excuses de toute l’armée’’, s’est exprimé le Général Touré en présence de la famille du défunt et d’une centaine d’ex-combattants démobilisés au quartier Odiénnékourani (Centre de Bouaké).

Quand vous êtes père et que vous avez malheureusement de mauvais enfants, a-t-il poursuivi, ‘’vous allez toujours avoir honte par le comportement de ceux-ci. Ce comportement nous fait mal au cœur, ce n'est pas l'éducation que nous avons voulu leur donner. C'est un ivoirien qui a été tué (…)’’.

‘’Je vous demande de vous calmer parce qu'il n'y a pas de problème sans solution. Faites preuve d'humilité. Ce n'est pas dans l'indiscipline, dans le désordre qu'on pourra trouver la solution’’, a-t-il conclu avant de promettre de transmettre les doléances de ces derniers au président Alassane Ouattara.

 

                                                                  Avec  APA

 

Commentaires