Securité

Un autre Casque bleu tué au Mali

Un autre Casque bleu tué au Mali

Un autre Casque bleu qui participe à l'opération de maintien de la paix des Nations unies au Mali a été tué samedi dans la ville de Gao, dans le nord du pays.

Deux tireurs ont ouvert le feu sur un véhicule de l’ONU dans lequel se trouvait le soldat.

C’est le troisième Casque bleu à subir ce sort cette semaine.

Jeudi, deux autres Casques bleus ont été tués dans la région de Kidal, dans le nord-est du pays.

Ces nouvelles attaques portent à plus de 160 le nombre de soldats de l’ONU tués depuis le début de la mission en 2013, considérée comme l'une des plus dangereuses en cours.

Près de 15 000 personnes sont actuellement déployées au sein de la MINUSMA, dont la mission consiste notamment à assurer la sécurité des civils et à favoriser un retour à la stabilité politique du pays, menacée par des groupes djihadistes. Cela inclut 11 230 militaires et 1745 policiers.

En mars dernier, le premier ministre Justin Trudeau a par ailleurs confirmé que le Canada prendrait le relais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Il faut distinguer la MINUSMA de l'opération Barkhane, menée par la France avec les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad). Cette dernière vise à lutter contre les groupes armés djihadistes dans toute la région du Sahel, tandis que la mission de l'ONU a pour objectif d'appuyer le processus démocratique en cours au Mali.

Commentaires